Le jour où Gainsbourg a propulsé l'Eurovision dans la modernité

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Serge Gainsbourg et France Gall à leur descente d'avion à Orly, le 21 mars 1965, lendemain du Concours Eurovision de la chanson 1965. | AFP
Serge Gainsbourg et France Gall à leur descente d'avion à Orly, le 21 mars 1965, lendemain du Concours Eurovision de la chanson 1965. | AFP

Au bout du fil, la chanteuse Marie-Claire Buzy, un temps égérie de Gainsbourg, nous raconte: «En 85, j'ai demandé à Serge de venir assister à une session studio de l'album que j'enregistrais en son honneur, I love you Lulu. Puis on est allés dîner dans un resto du XIXe et, en sortant, il s'est allongé au beau milieu de la route et il a dit: “De toute façon, on va me reconnaître. Je ne peux pas me faire écraser!” Sauf qu'il faisait nuit, c'était mal éclairé et dangereux, même si la rue était presque vide. Moi, je flippais et je le suppliais de se relever! Mais il est resté allongé là un bon moment.» Serge Gainsbourg ou l'audace.

Cette audace, Maritie Carpentier, productrice de Radio Luxembourg en 1965, la sollicite quand elle propose au chanteur de créer, cette année-là, la chanson qui représentera le Luxembourg à l'Eurovision, en Italie. Gainsbourg, encore relativement peu connu du grand public malgré quelques succès d'estime, a séduit Maritie Carpentier lors de ses passages télé dans deux émissions qu'elle produit, le «Sasha Show» de Sacha Distel et «Top à...».

Frustré des chiffres confidentiels auxquels se sont écoulés ses premiers albums, ceux de sa période jazz, Gainsbourg est à la recherche d'un coup d'éclat. Lui, pour qui le métier de chanteur consiste en «percer ou crever», annonce à la télévision que l'année 1965 sera celle de sa consécration, quitte à abandonner le jazz pour le rock, plus accessible.

Il accepte la proposition de Maritie Carpentier. Il doit composer un titre pour une jeune chanteuse de 17 ans déjà aguerrie, recommandée par l'entremise de Denis Bourgeois, son ancien directeur artistique chez Philips: France Gall. Gainsbourg récupère les clés du camion Eurovision. L'aventure sera douloureuse d'abord, orgasmique ensuite.

Hués aux répétitions, acclamés au concours

Dès les...

Lire la suite sur Slate.fr.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles