Le jour où Clotilde a rencontré sa fille adoptive polyhandicapée pour la première fois

Myriam Roche
1 / 2

Le jour où Clotilde a rencontré sa fille adoptive polyhandicapée pour la première fois

Clotilde Noël et son mari ont 6 enfants biologiques lorsqu'ils décident d'adopter trois enfants. La mère de famille se remémore la première fois qu'elle a vu Marie-Galance.

FAMILLE - Depuis 2013, Clotilde Noël et son mari ont adopté trois enfants handicapés, après avoir eu 6 enfants biologiques. En 2013, Marie, petite fille atteinte de trisomie, rejoint la famille. Viennent ensuite Marie-Garance qui est polyhandicapée, deux ans après, puis Frédéric, trisomique lui aussi, en 2018. C’est en 2015 que Clotilde Noël, son mari et ses 7 enfants rencontrent pour la première fois leur seconde fille adoptive.

Dans cet épisode de “Le jour où…”, le HuffPost est allé rencontrer la mère de famille pour qu’elle nous raconte comment s’est passée cette première fois, comme vous pouvez le voir dans la vidéo-dessus.

“Le jour où on a rencontré Marie-Garance pour la première fois, ça a forcément été un moment incroyable”, nous confie la mère de famille. Elle se souvient d’avoir créé une bulle d’intimité au moment de prendre l’enfant dans ses bras. Avec son mari, ils se partagent un canapé une place et sont subjugués par les rires de Marie-Garance qui, quand elle les voit pour la première fois, a “hurlé de rire”, se remémore Clotilde Noël.

La journée est passée bien trop vite pour la famille nombreuse qui a dû laisser temporairement l’enfant dans son foyer d’accueil.

Une association et trois livres

En adoptant ces enfants ”à besoins spécifiques”, Clotilde et son mari ont souhaité s’investir davantage dans le domaine du handicap. Après l’adoption de sa première fille trisomique, Marie, ils ont fondé l’association “Tombée du nid”. Cet organisme est destiné à soutenir des projets liés au handicap et à favoriser l’intégration sociale des plus démunis. Une page Facebook du même nom a été créée pour pouvoir donner la parole à toutes les familles concernées par le sujet.

Depuis mars 2016, la mère de famille est la porte-parole pour la France du mouvement mondial “Stop Discriminating Down”. Il a pour objectif d’alerter et de lutter contre “une nouvelle technique de détection prénatale dont la diffusion revient à une violation des Droits de l’Homme”. Sa fille Marie a...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post