"Avec Jouissance Club, j’essaie de réconcilier tout le monde"

Jüne Pla est derrière le compte Instagram Jouissance Club et publie, le 15 janvier, un livre éponyme dans lequel elle réalise «une cartographie du plaisir», avec les illustrations, conseils et idées qui cartonnent auprès de ses abonnés.

Paris Match. Depuis sa création, le compte Instagram Jouissance Club a rassemblé plus de 320 000 abonnés, vous y attendiez-vous à la création ?
Jüne Pla. Pas du tout ! Je faisais ça à la base pour m’amuser et faire le mode d’emploi de mon corps, je trouvais ça intéressant de le partager. À aucun moment je n’imaginais une telle carence en matière sexuelle. J’ai halluciné tout en me disant : je ne suis pas toute seule !

À lire :Les activistes du plaisir

Comment est née l’idée de créer ces dessins ?
J’ai toujours eu l’impression de passer à côté de ma sexualité, je m’ennuyais. le scénario entre hétéros est toujours le même : préliminaires, coït, éjaculation. Dans un sens, ça me convenait mais je m’ennuyais et je ne comprenais pas pourquoi. Puis j’ai rencontré un homme qui m’a sortie de cette routine, mais c’était encore pire après lui car je revenais à la routine d’une sexualité «normale» après avoir connu le nec plus ultra ! Je n’arrivais pas à expliquer avec des mots à mes amants, ils n’étaient pas curieux, ne se renseignaient pas –et moi non plus.
Puis l’idée est venue de nulle part de le rappeler. Il a mimé toutes les techniques qu’il avait utilisées sur moi, je suis repartie avec une quinzaine d’illustrations. Puis j’ai commencé à m’intéresser, à chercher, à fouiller sur internet et on trouve plein d’informations. J’ai plus d’une centaine de techniques maintenant et j’ai encore plein d’idées !

"Il y a un problème dans notre façon d’aborder la sexualité"

Constatez-vous une évolution parmi les abonnés ?
Il y a une vraie évolution dans l’interaction. Au début, j’étais un peu maladroite, je n’avais pas toutes les cartes en main et je ne me rendais pas compte que, dans mes propos, je pouvais exclure ou heurter certains.(...)


Lire la suite sur Paris Match