"Tout est jouable": Bruno Retailleau estime ne pas être loin du score d'Éric Ciotti

"Tout est jouable": Bruno Retailleau estime ne pas être loin du score d'Éric Ciotti
Bruno Retailleau, ce dimanche 4 décembre 2022. - ALAIN JOCARD / AFP
Bruno Retailleau, ce dimanche 4 décembre 2022. - ALAIN JOCARD / AFP

À l'issue des résultats du premier tour du congrès des Républicains, qui l'ont placé ce dimanche en deuxième place derrière Eric Ciotti dans la course à la présidence du parti, Bruno Retailleau a estimé que "tout était jouable" alors que "seulement un peu plus de 5000 voix (le) séparent du score d’Éric Ciotti".

Le député des Alpes-Maritimes a récolté 42,73% des voix au premier tour, contre 34,45% pour le patron des sénateurs LR Bruno Retailleau. Le député du Lot Aurélien Pradié est, lui, arrivé troisième avec 22,29% des voix.

Sous les chants d'encouragement de ses militants, Bruno Retailleau a affirmé que ces résultats étaient "une bonne nouvelle".

"Ils montrent la volonté de tous nos militants d’assumer une vraie rupture et un vrai renouvellement", a-t-il dit, ajoutant vouloir incarner le rassemblement de son parti.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

L'importance du "rassemblement"

Lors de son discours, le président du groupe LR au Sénat a longuement insisté sur la nécessité du "rassemblement". "Si je suis élu, je consacrerai toute mon énergie à rassembler notre famille politique qui trop souvent a été divisée", a-t-il ainsi déclaré.

"Le rassemblement, c'est une exigence, une question de survie", a lancé Bruno Retailleau.

Il a, par ailleurs, ajouté que ce rassemblement devait toutefois se faire selon "une ligne clairement de droite et pas au détriment de nos convictions".

"Un chantier herculéen"

Bruno Retailleau a également tenu à saluer ses "concurrents", Éric Ciotti et Aurélien Pradié. "Je ne les ai jamais considérés comme des adversaires, moi mes adversaires sont à gauche", a lancé le sénateur.

Il a appelé les adhérents du parti à se "mobiliser jusqu'à dimanche prochain", pour le second tour de l'élection. Selon lui, le futur président LR aura devant lui "un chantier herculéen" pour "fédérer tous les électeurs qui partagent nos idées".

"Ce qui va se jouer dépasse de très très loin le seul enjeu de notre parti, c'est aussi l’avenir de notre pays, qu'Emmanuel Macron a engagé sur le chemin du déclin et du morcellement", a ainsi conclu Bruno Retailleau.

Article original publié sur BFMTV.com