Jouée sans interruption à Londres depuis 1952, "La Souricière" d'Agatha Christie est à l'affiche à Paris

Stéphane Hilarion

Chers spectateurs, complices du crime, merci d'être venus. Et de ne pas révéler l'identité du meurtrier“. Depuis 1952, cette phrase résonne chaque soir dans le West End à Londres quand s'achève la représentation de La Souricière. Un secret bien gardé à l'origine de cette longévité hors normes qui en fait la pièce de théâtre la plus jouée au monde. C'est donc un événement de la voir montée à Paris à La Pépinière.

Une pièce radiophonique à l'origine

Si la “Reine du crime“ Agatha Christie a commis 85 romans, et 154 nouvelles, elle a aussi écrit pour le théatre et sa pièce la plus importante mais aussi la plus mythique est sans nulle doute cette “Souricière“. A l'origine, l'œuvre était une pièce radiophonique destinée à être diffusée le 30 mai 1947 sous le titre Three Blind Mice (Trois souris aveugles), en l'honneur d la reine Mary. Elle s'inspirait d'un fait divers : la mort d'un jeune garçon, Dennis O'Neill, décédé alors qu'il séjournait dans une famille d'accueil de fermiers du Shropshire en 1945.

Cinq ans plus tard, l'oeuvre est adaptée par la romancière pour le théâtre et devient La Souricière (The Mousetrap). Montée au théâtre royal de Nottingham le 6 octobre 1952, elle tourna quelques semaines dans le pays avant de s'installer à Londres le 25 (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi