Josacine empoisonnée : la mère de la petite fille tuée doute de la culpabilité de l'homme condamné

franceinfo

Corinne Tanay est une femme qui doute après avoir été pleine de certitudes. En mai 1997, lorsque la cour d'assises de Seine-Maritime condamne Jean-Marc Deperrois à 20 ans de prison pour l'empoisonnement de sa fille de 9 ans, elle est persuadée qu'il est l'auteur du crime. Tout au long du procès, Corinne Tanay exprime sa détresse et crie sa haine contre Jean-Marc Deperrois. Ce chef d'entreprise était l'amant de Sylvie Tocqueville, chez qui séjournait sa fille pour le week-end. Il aurait empoisonné un médicament pour tuer le mari de sa maîtresse, mais c'est la petite Émilie qui a finalement pris la Josacine et qui est décédée.

Mais, après le procès, Corinne Tanay va progressivement se plonger dans les centaines de pages de dossiers. Jean-Marc Deperrois est lui libéré en 2006, après 12 ans de prison. Il continue aujourd'hui de clamer son innocence et crie à l'erreur judiciaire.

Un rendez-vous dans un salon de thé

Corinne Tanay va alors entamer une démarche rare pour une victime. Il y a tout juste trois ans, dans un salon de thé du Havre, elle rencontre pour la première fois celui qui a été condamné pour la mort de sa fille. Trois autres entrevues seront organisées. Pendant plusieurs heures, Corinne Tanay et Jean-Marc Deperrois (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi