Jordan Peele, l’élan comique

Libération.fr

Avant d’être cinéaste, Jordan Peele fut une star du petit écran - d’ordinateur. Moitié du duo comique Key & Peele (dont les sketchs de feu l’émission du même nom sur la chaîne Comedy Central affichent jusqu’à plusieurs dizaines de millions de vues sur YouTube), son visage de poupon a fait le bonheur des internautes qui vénèrent ses imitations du gratin afro-américain, dont Method Man, Forest Whitaker et surtout Barack Obama, avec qui il partage une origine métisse. Elevé dans le huppé Upper East Side de New York, à quelques blocks des studios où l’on tourne le Saturday Night Live, ce fanatique de Peter Sellers a d’ailleurs failli rejoindre l’institution de l’humour US pour incarner l’ex-président à l’écran (ce n’est pas arrivé pour cause de contrat d’exclusivité avec la Fox, qui l’employait à l’époque pour l’émission MADtv). En dépit d’une phrase d’accroche explicite («If you don’t watch this show, you’re a racist»), Key & Peele était loin de pratiquer un humour clivant - le duo jouant le plus souvent du racisme comme d’une absurdité plutôt que d’une cruelle injustice. Mais parce qu’il s’est si souvent amusé de sa capacité à «terrifier les Blancs» (on conseille le sketch White Zombies), on est finalement peu étonné de le voir prendre son envol comme cinéaste avec un film de terreur.

Retrouvez cet article sur Liberation.fr

«Get Out», ça fait flipper sa race
«Tunnel», accident de toiture
Emily Dickinson, battements d’une indocile
«Bientôt les jours heureux», parties de légendes dans l’herbe
«Album» d’images sur papier glaçant

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages