Jordan Bardella chahuté à Lyon lors de l'émission "Face à la rue"

·1 min de lecture

POLITIQUE - L’émission porte déjà bien son nom. Mercredi 24 novembre, Jean-Marc Morandini et les équipes de Face à la rue ont été perturbés par des dizaines de manifestants dans les rues de Lyon, alors que l’émission diffusée sur CNews recevait le président du Rassemblement national Jordan Bardella pour une déambulation dans le quartier populaire de la Guillotière.

Durant une heure de direct axée principalement sur les problèmes d’insécurité, l’intervieweur et son invité ont essuyé quolibets et huées, comme le promettaient des appels à manifester lancés les jours précédents par des groupes antifascistes d’extrême gauche lyonnais.

Comme vous pouvez le voir dans notre vidéo en tête d’article, Le HuffPost a assisté à ce tournage houleux qui a nécessité le déploiement d’un imposant dispositif policier. À notre micro, manifestants et riverains ont fait part de leur réserve face à la visite d’un membre du Rassemblement national dans le quartier et à un tel branle-bas de combat pour une émission de télévision.

“Il fait son coup de pub Bardella”, reproche Walid, un riverain. “Je ne suis pas sûr que ça serve vraiment, si ce n’est médiatiser temporairement et laisser penser que le problème est traité. Je pense que le problème est plus profond que ça”, renchérit Raphaël, habitant du quartier depuis une dizaine d’années.

Le mois dernier, la première édition de Face à la rue s’était déroulée à Drancy, en banlieue parisienne, avec Éric Zemmour, le polémiste d’extrême droite, probable candidat à la présidentielle.

À voir également sur Le HuffPost : La porte-parole du PS boycotte CNews et l’émission de Pascal Praud y est pour beaucoup

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles