Jonathann Daval : ce surnom improbable que lui donnaient les gardiens de prison

Devenue l'un des symboles des féminicides en France, l'affaire Daval a connu de nombreux rebondissements. C'est durant le mois d'octobre 2017 que Jonathann Daval a tué sa femme, Alexia Daval, au sein de leur maison située à Gray, dans le département de la Haute-Saône. Le corps partiellement calciné de la victime fut ensuite retrouvé le 30 octobre 2017, à peine deux jours après que sa disparition ait été signalée. Suite à cela, Jonathann Daval avait publiquement pleuré la mort de sa compagne aux côtés de Pierre et Isabelle Fouillot, les parents d'Alexia Daval. L'époux de la victime avait d'ailleurs participé à une marche silencieuse en mémoire de sa défunte femme.

Placé en garde à vue par les autorités, Jonathann Daval avait initialement accusé son beau-frère d'avoir commis le meurtre, en invoquant l'hypothèse d'un complot familial. L'époux d'Alexia Daval a ensuite avoué avoir tué sa femme, avant d'essayer d'incendier son corps. Le 21 novembre 2020, Jonathann Daval fut condamné à 25 ans de réclusion criminelle, sans période de sûreté supplémentaire. Toujours en prison à l'heure actuelle, il a reçu le soutien de sa mère, Martine Henry. Cette dernière a pris sa défense dans un ouvrage intitulé Moi, maman de Jonathann, qui a été publié le jeudi 17 novembre 2022. Au sein de ce livre, la mère de Jonathann Daval a notamment dévoilé le surnom que les gardiens de prison donnaient à son fils.

Elle a fini par admettre qu'elle était la mère (...)

Lire la suite sur Closermag.fr

Cette Américaine a été assassinée par son amant qui refusait de lui verser une pension alimentaire
AFFAIRES OUBLIÉES. L'affaire Dorothea Puente, cette tueuse en série diabolique déguisée en mamie gâteau
Affaire Eva Puddu : "Toute cassée de l'intérieur...", le triangle amoureux a-t-il fini en meurtre ?
TÉMOIGNAGE. "On m'a diagnostiqué la maladie de Parkinson à 45 ans"
Essonne : nu, son short sur les mollets... Un policier interpellé dans une situation surréaliste