Jonathann Daval "détaché" après le meurtre d'Alexia : ce comportement qui a intrigué

·1 min de lecture

C'est une affaire qui a bouleversé la France entière. Alors que Jonathann Daval a été condamné le 21 novembre dernier à 25 ans de réclusion criminelle pour le meurtre de sa compagne, Alexia, son comportement continue d'intriguer. Si l'informaticien a longtemps joué les maris éplorés avant d'avouer son crime, la journaliste Louise Colcombet, qui l'a rencontré le lendemain de la découverte du corps d'Alexia, se souvient d'avoir été frappée par son attitude "détachée", comme elle le relate dans un podcast du Parisien dédié au procès.

"On venait de découvrir le corps carbonisé d'Alexia, on est le lendemain matin, je sonne chez lui et non seulement il me répond, mais très poliment", se souvient la journaliste qui explique que celui qui fait alors figure de victime lui confie ne pas vouloir parler pour le moment "avec un sourire très poli, là où il devrait logiquement m'envoyer paître". Un accueil chaleureux qui a beaucoup "étonné" la reporter. "Ça m'a semblé très bizarre, il avait l'air très détaché, j'étais presque plus mal à l'aise que lui", reconnaît-elle.

Un comportement étrange qui a également interpellé les enquêteurs. Après l'avoir mis sur écoute, ces derniers ont remarqué que Jonathann Daval changeait de ton selon les personnes à qui il s'adressait, réservant ses larmes aux parents d'Alexia. Une duplicité qui va même plus loin, les policiers précisant dans leur rapport que le jeune homme allait jusqu'à moduler sa voix lorsqu'il parlait à ses beaux-parents. Une manipulation dont (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Ingrid Chauvin face à une "nouvelle philosophie de vie" : ce qui l'attend en 2021
Catherine Ringer des Rita Mitsouko a gagné un bras de fer contre Valérie Pécresse
"Journaliste, c'est un métier !" : Bruce Toussaint monte au créneau après des accusations de fake news
David Hallyday se paye Roselyne Bachelot : "Il y en a ras-le-bol"
Gérald Darmanin encore épinglé : "Il joue sur le vide sidéral de Macron"