Une jolie "Parade" sous le signe d’Erik Satie pour la réouverture parisienne du théâtre du Châtelet

franceinfo Culture

Et la parade commençait non loin, sur le parvis de l’Hôtel de Ville, non pas en fanfare mais en tambours, une centaine de musiciens d’ici et d’ailleurs accompagnant de leur rythmique frénétique les Marionnettes géantes du Mozambique, ambiance de carnaval garantie : impressionnante matrone tout en rose, y compris le fichu, grand gars en chemise africaine et pantalon rouge, plus petit personnage en Arlequin, sorcière avec une robe ornée de bouchons de bouteille, et un ours blanc, qui n’est pas vraiment mozambicain à moins que se soit accéléré cet été le dérèglement climatique. Plus un autre petit monsieur-marionnette en vert et rose, distribuant des fleurs en papier.

Un joyeux cortège devant le théâtre du Châtelet rénové


Ce joyeux cortège, au son des tambours, empruntant l’avenue Victoria, quelques centaines de mètres, les grandes marionnettes tendant leurs larges paluches articulées aux petits enfants parfois inquiets dans leurs poussettes… Une queue raisonnable stationnait devant le théâtre, qui aurait pu, comme pour la parade, être plus nombreuse mais la grève de la R.A.T.P. en avait découragé plus d’un, à l’exception de rudes marcheurs.


On entrait alors, et sans bousculade, dans un hall rénové dans des jolis tons crème. Parcours de salon en salon, dans ce grand foyer où Satie nous (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi