"Une joie féroce", un gang de femmes contre le cancer, par Sorj Chalandon

Laurence Houot

Quand Sorj Chalandon, auteur multi primé, prend la plume, c'est souvent pour rendre compte du monde, de ses guerres (Le Quatrième Mur, 2013), de ses misères (celles des mineurs du Nord dans Le jour d'avant, 2017), ou parfois aussi, de l'intime, comme avec le récit d'une enfance meurtrie par la folie d'un père dans Profession du père (2015). Avec Une joie féroce (Grasset), qui paraît ce 14 août, le journaliste et romancier se fait femme pour raconter une guerre cette fois un peu spéciale, celle que livrent quotidiennement des milliers de malades contre le cancer.

L'histoire : Jeanne Hervineau est libraire, mariée, sans enfant. Le seul qu'elle a eu est mort. Elle survit entre sa librairie et son mari distant jusqu'au jour où on lui diagnostique un cancer du sein. Très vite après l'annonce, un moment de sidération qui la laisse "sans force et sans pensée", Jeanne décide de se battre.

J'ai observé mes jambes ballantes, mes pieds nus, le sol carrelé. Je me suis dit que j'étais en guerre. Une vraie. Une bataille où il y aurait des morts. Et que l'ennemi n'était pas à ma porte mais déjà entré. J'étais envahie. Ce salaud bivouaquait dans mon sein.

"Une joie féroce"

page 19

Journal de bord d'une cancéreuse en quête d'aventures

Son mari, avec qui la vie s'était déjà desséchée après la mort de leur enfant, la laisse tomber, salement. Et pourtant, cette guerre, Jeanne ne la (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi