«Avec Johnny, j’ai perdu mon deuxième père»

Eric Bureau @Eric_Bureau
Luc Vindras, le gardien des guitares de Johnny, s’exprime pour la première fois depuis sa disparition

Luc Vindras s’est occupé pendant trente ans des guitares de Johnny Hallyday. Il parle de son «deuxième père» à l’occasion du 75e anniversaire de la naissance du chanteur.


« Je ne peux plus l’écouter. Cela me fait trop mal au cœur. Cela me remémore tellement de souvenirs, chaque chanson est liée à un souvenir. Se réveiller le matin en se disant qu’il n’est plus là, c’est tellement troublant, ça me tiraille toujours. » Les mots de Luc Vindras, alias « Lucky », sont d’autant plus poignants qu’ils sont rares. C’est la première fois depuis la disparition de Johnny Hallyday que cet homme de l’ombre, qui fut son technicien guitare pendant trente ans, s’exprime.

S’occuper des guitares de Johnny Hallyday, du studio jusqu’à la scène, c’était être le gardien du temple. « C’était comme toucher le Graal, résume Luc Vindras. Johnny et moi partagions la même passion des guitares. Parfois, il me disait : Tu fais attention à mes guitares, hein, Luc. Et je lui répondais : Tes guitares, c’est comme mes enfants. Et ça le faisait marrer. »

Une première rencontre en 1988

Ce Normand de 53 ans, qui travaille aussi depuis longtemps avec Jean-Michel Jarre, a été l’un des rares – ils se comptent sur les doigts d’une main – à rester au service de Johnny pendant trois décennies d’affilée. « J’en ai vu passer des producteurs et des musiciens, sourit-il. Je fais partie d’une petite famille, d’un petit clan, qui a toujours été à ses côtés et le rassurait. Il y avait un côté protecteur dans notre relation, un respect mutuel. Il était plein de petites attentions pour nous. Nous étions proches, c’est sûr, mais je ne me permettrais pas de dire que nous étions amis. Aujourd’hui tout le monde se dit son ami. »

Luc Vindras est entré au service de Johnny « par chance » pour le show « Dans la chaleur de Bercy » en 1988. « C’est la production Camus-Coullier qui m’a appelé, raconte-t-il. Ils avaient un désistement de dernière minute et je venais de finir celle de Cabrel. A l’époque, Johnny était un personnage (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

La Philharmonie de Paris dépasse les 4 millions de visiteurs
«Complément d’enquête» : Jacques Cardoze remplace Thomas Sotto
«Ocean’s 8», «3 jours à Quiberon»… Nos choix ciné de la semaine
«Ocean’s 8» : les filles cassent la baraque
Totoro, le héros de Ghibli revient