Johnny Hallyday, une vraie "gueule" de cinéma

Jacky Bornet
Icône de la chanson et du rock français, Johnny Hallyday est devenu acteur dès le début de sa carrière, son statut d'"idole des jeunes" lui ouvrant un boulevard pour le 7e art. Mais contrairement à Elvis Presley aux Etats-Unis qui ne fera que des films musicaux sans intérêt, Johnny tournera avec de grands metteurs en scène comme Jean-Luc Godard, Claude Lelouch, Patrice Leconte ou Johnnie To.

Débuts précoces

C'est à croire que Johnny Hallyday était destiné à faire l'acteur. Il apparaît pour la première fois à l'écran avant même ses débuts de chanteur. C'est en effet quatre ans avant d'enregistrer son premier disque en 1960 que celui qui n'était encore "que" Jean-Philippe Smet fait une apparition fugace à l'écran en 1955, comme figurant âgé de 12 ans, dans "Les Diabolique" d'Henri-Georges Clouzot. Il côtoie au générique Simone Signoret, Vera Clouzot (épouse du réalisateur), Paul Meurisse, Noël Roquevert, Charles Vanel, Michel Serrault et Jean Lefebvre, un sacré casting !

Propulsé vedette, un rien sulfureuse, dès 1960, son nouveau statut le pousse en 1962 devant la caméra du film à sketches "Les Parisiennes", avec les honneurs de figurer au premier plan de l'affiche. Il y joue, sous la direction de Marc Allégret, un guitariste dont tombe amoureuse une lycéenne naïve interprétée par Catherine Deneuve. Dans "Cherchez l'idole" (1964) de Michel Boisrond, Johnny joue pour la première fois son propre rôle, ce qu'il sera amené à refaire plus d'une fois. Le film est une sorte de documentaire promotionnel des vedettes du début des années 60 autour d'une fiction, avec Mylène Demongeot, Frank Alamo, Charles Aznavour, Eddy Mitchel, tous deux promis à une belle carrière au cinéma, comme, dans une moindre mesure, Sylvie Vartan.

En 1963, Johnny Hallyday est véritablement devenu "l'Idole des jeunes", comme il le chante dans son tube éponyme de 1962. Il tient le premier rôle, au côté de Sylvie Vartan, de "D'où viens-tu Johnny ?", film musical de Noël Howard, qui ne réalisera qu'un seul autre film. Le nom de son personnage, qui interprète plusieurs chansons signées Eddie Vartan (frère de Sylvie), reprend son nom de scène. Il créé ainsi une identification totale au rôle de musicien rêveur qu'il interprète, confronté à des trafiquants de drogue en Camargue.

A tout casser

Johnny Hallyday, totalement accaparé par sa carrière musicale délaisse le cinéma pendant quatre ans, (...)

Lire la suite sur Culturebox.fr

"Lucky" : Harry Dean Stanton en cowboy solitaire plein de grâce
J.K. Rowling défend le choix de Johnny Depp pour "Animaux fantastiques 2"
Oscars 2018 : "Visages, Villages" d'Agnès Varda présélectionné
Bryan Singer, réalisateur de "X-Men", accusé de viol sur mineur

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages