Johnny Hallyday : Ne lui parlez pas de retraite!

À bientôt 70 ans, Johnny revient avec un quarante magnifique huitième album qui s’appuie sur l’imaginaire du rocker éternel. Celui de l’homme malmené par la vie et les femmes, mais toujours debout.

Ne lui parlez pas de résurrection, ça l’agace. « Il renaît tel le phénix, et cetera, et cetera, que des mots tout ça », enchaîne-t-il. Johnny est en grande forme : l’œil vif, svelte, musclé, soigné et sapé. Souriant aussi, et ne manquant pas d’humour. Comme si le temps n’avait pas de prise sur lui. La preuve.

Gala : La presse est unanime : votre nouvel album est excellent. Etes-vous surpris?
Johnny Hallyday : Plutôt. Pour une fois, les journalistes m’encensent ! C’est bizarre. Parfois on fait des choses que l’on aime par-dessus tout, on ne récolte que de mauvaises critiques, et lorsque l’on sort un album qui nous semble « normal », tout le monde aime.
Gala : Pourquoi qualifiez-vous cet album de « normal » ?
J. H. : Parce qu’il est plus dans la tradition de ce que j’ai l’habitude de faire, de ce que le public et la critique connaissent de moi. Il est certain que dès que je sors des sentiers battus, je me fais descendre et mon public suit moins. Je vais finir par penser que les gens aiment les habitudes…
Gala : Normal donc qu’avec L’attente, on parle d’un retour aux fondamentaux…
J. H. : Tout à fait. J’avais besoin de me ressourcer, de revenir à la musique que j’aime, le blues, le rock et la country. Et les textes se rapprochent plus de ceux que Jean-Jacques Goldman et Michel Berger m’ont écrit. De ceux du regretté Gilles Thibaut aussi, le parolier, notammment de Que je t’aime et Ma gueule. Avec Miossec, j’ai trouvé quelqu’un d’assez proche de l’écriture de Gilles.
Gala : Justement, vous dîtes de Miossec qu’il est un écorché vif, comme vous. Vos blessures d’antan ne se sont donc pas refermées ?
J. H. : Pas tout à fait. Certaines blessures ne se referment jamais totalement même si on a une vie équilibrée. Comme un acteur peut s’en servir pour entrer dans la peau de (...)

Lire la suite sur gala.fr

Johnny Hallyday : Ne lui parlez pas de retraite!
Le jour où Johnny Hallyday a failli mourir
Johnny Hallyday, plus fringant que jamais
Vidéo- Rendez-vous avec Johnny Hallyday
Johnny, le rock dans le sang, journal de la démesure
Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.