Johnny Hallyday: le document qui dévoile le contenu du testament du chanteur

Gary Assouline

JUSTICE - C'est le testament original de Johnny Hallyday. Un document publié par RTL ce lundi 19 février signé de la main du chanteur dévoile le contenu du testament au cœur d'une bataille judiciaire entre les enfants du rockeur décédé et sa veuve Laeticia. Mieux encore, il explique l'organisation de la succession de la star.

Daté du 11 juillet 2014, il est le dernier document révélé à ce jour qui fait foi sur les dernières volontés de Johnny Hallyday. Rédigé selon la loi américaine dans un cabinet notarial de Los Angeles, ce testament est, selon RTL qui a pu le consulter, "une copie quasi conforme" de celui de son épouse Laeticia.

Ce document rédigé en anglais et à la première personne confirme plusieurs choses. Que Laeticia Smet "née Boudou" est l'unique exécutrice de ce testament. "Jean-Philippe Smet", le nom civil de Johnny Hallyday est également désigné ainsi dans le testament de sa femme.

Aussi, il est écrit noir sur blanc que le père de famille exclut ses enfants David et Laura de son héritage.

"Je ne prends expressément aucune disposition dans ce testament ou dans aucun autre document à l'intention de mes enfants David Smet et Laura Smet, auxquels j'ai déjà fait des donations par le passé", peut-on lire.

Révélé le 15 février dernier, un autre document détaillait en effet les importantes donations effectuées par le chanteur à ses enfants au cours de sa vie. "La vérité des montages juridiques et la vérité des chiffres seront bientôt établies par la justice", avait réagi Laura Smet après la publication de ces pages dévoilant des versements de plusieurs centaines de milliers d'euros.

Plus discret, David Hallyday avait été défendu par sa mère Sylvie Vartan qui avait assuré que la part de 50% de la nue-propriété d'une propriété de la Villa Montmorency laissée par son père n'était pas une dotation mais une conséquence de leur divorce en 1980. Si selon RTL, la convention signée entre les deux divorcés ne mentionne pas l'usufruit, il en bénéficiera...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post