Johnny Depp assure avoir «tout» perdu à cause des accusations d'Amber Heard

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
© EVELYN HOCKSTEIN / POOL / AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

"Lorsque ces allégations ont rapidement fait le tour du monde, disant aux gens que j'étais un danger, ivre, sous cocaïne, un homme qui, soudainement dans la cinquantaine, battait les femmes, c'est fini. Vous êtes fini", a estimé Johnny Depp . La star d'Hollywood avait employé les heures précédentes de son témoignage à tenter de convaincre les jurés qu'Amber Heard était celle qui, dans leur couple, portait des coups.

Un coup d'arrêt à sa carrière

Au deuxième jour de sa prise de parole publique, moment phare de cette procédure judiciaire en diffamation, Johnny Depp a assuré avoir perdu "quelle que soit l'issue du procès". La médiatisation de ces présumées violences a, selon lui, porté un coup d'arrêt à sa carrière. "Il n'a pas fallu longtemps à Disney pour décider de me retirer de la franchise Pirate" des Caraïbes, a-t-il dit au sujet de cette série de cinq films débutée en 2003 qui a généré plus de 4,5 milliards de dollars au box-office mondial.

À la barre, l'acteur a accusé Amber Heard de violences qu'elle lui aurait infligées au cours de leur mariage qu'il a dépeint comme toxique. "Mme Heard, dans sa frustration et dans sa rage, elle frappait", a déclaré la vedette du 7e art.

"Cela pouvait commencer par une gifle, une bousculade. Elle m'a jeté une télécommande de télévision à la tête, un verre de vin au visage", a expliqué Johnny Depp, 58 ans, affirmant que l'actrice avait "un besoin de conflit, un besoin de violence".

Les deux anciens conjoints s'accusent mutuellement de di...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles