Johnny Depp accusé de violences conjugales : l'acteur demande la tenue d'un nouveau procès

·1 min de lecture

Comme tout le monde, Johnny Depp doit avoir hâte de faire une croix sur l'année 2020. Mais si l'acteur a passé une mauvaise année, ce n'est pas vraiment à cause de la pandémie, mais surtout parce qu'il a passé une partie de son été au tribunal de Londres, après avoir attaqué le tabloïd The Sun en diffamation. Dans plusieurs articles, le tabloïd avait relayé comme des faits avérés les accusations de violences conjugales proférées par la comédienne Amber Heard. Tout l'enjeu de ce procès était donc de déterminer si l'interprète de Jack Sparrow s'était véritablement rendu coupable de ces faits.

Le 2 novembre dernier, le verdict est tombé : le tribunal a rejeté sa demande d'indemnisation pour atteinte à sa réputation. "Le demandeur n’a pas réussi son action en diffamation. Les accusés ont montré que ce qu’ils ont publié était essentiellement vrai. Je suis parvenu à ces conclusions après avoir examiné en détail les 14 incidents sur lesquels se fondent les défendeurs ainsi que les considérations primordiales dont le demandeur a fait valoir que je devrais prendre en compte", a précisé le juge dans sa décision.

Un clap de fin qui ne convient pas aux avocats de Johnny Depp. Comme relayé par Page Six, ces derniers comptent faire appel de la décision du tribunal. Ils se sont d'ailleurs présentés, jeudi 24 décembre, devant la cour d'appel de Londres, afin de faire "annuler le jugement et d'ordonner un nouveau procès". Les représentants de Johnny Depp estiment que le juge s'est appuyé sur les (...)

Lire la suite sur le site de Voici

VIDEO Ce qu’a vraiment dit Mauricette, première vaccinée contre la Covid-19, lors de son injection
Michel Drucker opéré du coeur : sa nièce Léa Drucker donne de ses nouvelles
Nicolas Bedos se moque du gouvernement après la menace d'une troisième vague de Covid-19
PHOTO Jean-Pierre Pernaut : sa fille Lou poste un adorable cliché de leur « Noël en famille »
Geneviève de Fontenay : sa petite-fille Adèle victime d'une fake news, elle monte au créneau