John Boyega craint que son implication dans le mouvement Black lives matter nuise à sa carrière

Magali Rangin
·2 min de lecture
John Boyega à Londres - Aniel Leal-Olivas - AFP
John Boyega à Londres - Aniel Leal-Olivas - AFP

Passionnément impliqué dans le mouvement Black lives matter, en juin dernier, l'acteur John Boyega craint aujourd'hui d'en subir le contrecoup. "Je ne sais pas si je vais avoir une carrière après cela mais je m'en fous", avait-il lancé en juin, lors d'un vibrant plaidoyer anti-raciste à Londres. Dans une interview à Radio Times, l'acteur britannique a fait part de son appréhension.

Il a ainsi expliqué qu'avoir joué dans une grosse franchise comme Star Wars ne lui assurait pas forcément un avenir.

"Vu de l'extérieur, on peut se dire 'vous avez joué dans tel et tel film'. Mais combien d'acteurs connaissez-vous qui ont été dans de grandes franchises? Cela n'assure pas forcément une carrière stable à vie". Si je rate des casting parce que les gens ou les directeurs de casting pensent que c'est trop de friction pour ce qu'ils essaient de faire... c'est comme ça", at-t-il ajouté.

Faire évoluer les mentalités

L'acteur âgé de 28 ans a été révélé par son rôle de Finn dans la dernière trilogie de la saga Star Wars, dont le dernier volet est sorti en 2019. Il apparaît cette année dans un épisode de la mini-série en forme d'anthologie de Steve McQueen (12 Years a slave), Small Axe, diffusé sur la BBC en Grande-Bretagne à partir de mi-novembre.

Il y incarne un Britannique, qui dans les années 1960, renonce à une carrière dans la recherche scientifique pour devenir policier, et tenter de faire évoluer de l'intérieur les mentalités racistes.

Un rôle qui, selon Steve McQueen, devrait marquer un tournant dans la carrière de Boyega. "On n'avait jamais vu John dans le rôle d'un homme mûr comme on le voit dans ce rôle. Le public va le découvrir sous un jour nouveau, une toute autre personne, et un très grand acteur au sommet de son art", s'est enthousiamé le réalisateur sur Radio Times.

En juin dernier, John Boyega avait été soutenu par Mark Hamill et LucasFilm mais aussi Jordan Peele, le réalisateur de Get Out et Us. D'autres acteurs du monde du divertissement lui ont adressé leur soutien. Charlie Brooker, créateur de la série Black Mirror, avait également déclaré: "Je ramperais dans un baril de verre cassé pour que John Boyega jette un regard sur l'un de mes scripts". "John, je serais ravie de travailler avec toi quand tu veux", avait publié J.K. Rowling, l'auteure de Harry Potter qui a co-produit et co-écrit certains des films issus de son oeuvre.

John Boyega sera prochainement à l'affiche d'un film intitulé Naked Singularity, au côté de Bill Skarsgård (It, Castle Rock) dénonçant le système judiciaire américain.

Article original publié sur BFMTV.com