Johan Rockström : « Les phénomènes que nous pensions voir à +2 °C se produisent beaucoup plus tôt et frappent plus durement »

« C'est une inflation due aux hydrocarbures, due à l'offre. S'il y a 20 ans, vous aviez investi dans le photovoltaïque ou pris des parts dans un parc éolien, alors aujourd'hui vous n'êtes pas touché par cette crise », constate Johan Rockström, le directeur de l'Institut de Potsdam pour la recherche sur l'impact climatique (PIK) dans un entretien à l'AFP.

« Depuis 1990, nous disons qu'il faut abandonner progressivement l'économie fondée sur les énergies fossiles au profit d'une économie basée sur les énergies renouvelables. Et maintenant, nous y voilà — nous nous prenons le mur [après] 30 ans de sous-investissement », constate le scientifique, l'un des principaux artisans du concept de « limites planétaires » — seuils d'usage des ressources que l'humanité ne doit pas dépasser pour vivre dans un écosystème sûr.

Johan Rockström est directeur de l'Institut de Potsdam pour la recherche sur l'impact climatique (PIK), également professeur à l'Institut des sciences de la Terre et de l'environnement de l'Université de Potsdam (Allemagne) et professeur de systèmes hydriques et durabilité mondiale à l'Université de Stockholm (Suède). © Axel Schmidt, AFP
Johan Rockström est directeur de l'Institut de Potsdam pour la recherche sur l'impact climatique (PIK), également professeur à l'Institut des sciences de la Terre et de l'environnement de l'Université de Potsdam (Allemagne) et professeur de systèmes hydriques et durabilité mondiale à l'Université de Stockholm (Suède). © Axel Schmidt, AFP

M. Rockström a travaillé deux ans sur sa contribution au rapport collectif Earth For All : A Survival Guide for Humanity (« La terre pour tous : guide de survie pour l'humanité »), publié mardi par le Club de Rome, ce groupe de réflexion de scientifiques et d'économistes fondé en 1968.

L'ouvrage s'inscrit dans la lignée du célèbre rapport Meadows, publié en 1972 sous l'égide du Club de Rome. Ce document de référence, à l'origine de l'ouvrage « Halte à la croissance ? » (Limits to Growth), affirmait que le développement ne pouvait se poursuivre indéfiniment sans atteindre une limite de consommation des ressources.

Deux scénarios de croissance

Cinquante ans plus tard, le nouveau rapport, auquel ont participé des auteurs du premier, prévoit deux scénarios de croissance. Le premier, surnommé Too Little, Too Late (« Trop peu, trop...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura