Joe Biden, ce qui l'attend

·1 min de lecture

Au coin des rues de Philadelphie, berceau de la Constitution et de la démocratie américaine, on a vu hier après-midi des jeunes filles sauter de joie à l'annonce de la bonne nouvelle. Devant le Convention Center qui abritait le dépouillement des derniers bulletins de vote par correspondance, c'étaient des hurlements de liesse, des concerts de klaxon mais aussi quelques doigts d'honneur vengeurs pour saluer la fin de la présidence Trump. "Je suis si fier que Philadelphie ait contribué à cette victoire", exulte Dan, qui s'est engagé comme bénévole avec sa femme dans la campagne. "Je suis soulagée, témoigne Jennifer, assistante sociale. Même si j'ai peur que Trump ait réussi à semer les graines de la guerre dans nos esprits."

À plus de 200 kilomètres plus au sud, à Washington, dès que l'écran géant installé au coin de K Street et de la 15e rue a affiché "Joe Biden élu 46e président", ce sont les mêmes scènes d'euphorie et de soulagement qui se déroulaient sous un ciel bleu azur et une douceur de fin d'été indien. Dans ce district de Columbia dont la moitié de la population est noire, c'est la fin du cauchemar. "Trump is over", "C'en est fini de Trump" peut-on lire sur les posters du mouvement Black Lives Matter agrafés aux grillages ceinturant le périmètre de la Maison-Blanche.

Biden se considère comme un miraculé

Joe Biden a tout de suite publié un communiqué pour dire son "humilité" devant la mission qui l'attend et pour annoncer que le temps était venu de "cicatriser" les ble...


Lire la suite sur LeJDD