Joe Biden : la force tranquille

·2 min de lecture

Pour la première fois, on le voit en maître des lieux. Nouveau décor, nouveau style : celui que Trump surnommait « Joe l’endormi » a mené tambour battant les cent premiers jours de son mandat. Gestion réussie de la pandémie, plan de relance de 1 900 milliards de dollars, projets d’envergure pour l’action sociale, retour des États-Unis au cœur de la scène internationale… : le plus âgé des présidents américains s’affiche comme l’un des plus audacieux.

« Oui, je suis une machine à gaffes. Mais le plus qualifié pour diriger ce pays, c’est moi. » C’était le 3 décembre 2018, autant dire il y a un siècle. Joe Biden répondait à un journaliste qui l’interrogeait sur ses aptitudes à présider l’Amérique. Il ne s’était pas encore lancé dans la course, mais sa candidature était déjà dans toutes les têtes. On lui accordait alors bien peu de chances de l’emporter face à un Trump triomphant, dopé par une économie en plein boom et un taux de chômage au plus bas. Joe Biden a eu raison de croire en sa bonne étoile. Sans le Covid, il aurait sans doute eu beaucoup de mal à gagner. Mais cent jours après son entrée à la Maison-Blanche, il bénéficie d’un état de grâce que personne n’avait prévu. Sa cote de popularité flambe à 54 % d’opinions favorables, un niveau jamais atteint par son prédécesseur. C’est surtout dans son propre camp qu’il fait le plein : 95 % des démocrates se disent aujourd’hui « satisfaits » de ses cent premiers jours, du jamais-vu dans les annales des États-Unis… Même la frange progressiste et radicale semble séduite. Autant le candidat « Sleepy Joe » peinait à se faire aimer, autant le président Biden suscite l’adhésion, y compris auprès des jeunes !

D’où vient cette Bidenmania ? D’abord du simple fait qu’il a chassé Donald Trump du pouvoir. Ses électeurs se pincent encore pour y croire. Grâce à lui, tout a changé à la Maison-Blanche. C’est vrai, le nouveau président est ennuyeux à mourir. Il le sait, il en joue. « Quand je suis entré au Sénat, il y a cent vingt ans… », plaisantait-il le 25 mars dernier lors de sa première conférence de presse présidentielle. Ce qui est tout aussi exact, c’est qu’il accuse son âge, physiquement du moins. Son triple gadin en(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles