Joe Biden défend son prochain déplacement en Arabie saoudite

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
SAMUEL CORUM / AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Dans une tribune parue samedi dans le Washington Post, le président américain défend son déplacement controversé en Arabie saoudite la semaine prochaine, affirmant qu’une “relation directe” avec Riyad est nécessaire pour assurer la sécurité des États-Unis.

Dans une récente analyse, le Washington Post soulignait que le déplacement de Joe Biden en Arabie saoudite “avait suscité des débats quant à son objectif, sa justification et son utilité”. Remarquant que “moins d’un quart des Américains” était favorable à ce voyage, le quotidien de la capitale jugeait qu’il était “risqué pour Biden d’aller au Moyen-Orient”.

Quelques jours plus tard, c’est dans ce même Washington Post que le président américain a publié samedi 9 juillet une longue tribune, intitulée “Pourquoi je vais en Arabie saoudite”, dans laquelle il explique en détail les raisons de son déplacement. Joe Biden est attendu mardi en Israël, avant de rejoindre Djeddah vendredi.

“Je sais que beaucoup ne sont pas d’accord avec ma décision d’aller en Arabie saoudite. Mes vues sur les droits humains sont claires et anciennes, et les libertés fondamentales sont toujours au programme de mes voyages à l’étranger, comme elles le seront lors de ce déplacement, ainsi qu’en Israël et en Cisjordanie”, écrit notamment le président.

Clore le débat

La question des droits humains est en effet au cœur de la controverse, “sachant que le renseignement américain avait tenu pour responsable le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane du meurtre du journaliste dissident Jamal Khashoggi”, rappelle CNN. Joe Biden, alors candidat à la présidence, avait promis de faire du royaume un “paria” international.

Le président ne mentionne pas une seule fois le prince héritier dans sa tribune, mais la rencontre est prévue vendredi, dans le cadre d’une réunion réunissant de nombreux dignitaires autour du roi Salmane. Ce sera à coup sûr un moment “inconfortable”, prédit Politico.

Soucieux de démontrer qu’il ne se couche pas devant les Saoudiens, Joe Biden affirme qu’il a “pris le contre-pied de la politique du chèque en blanc” dont il avait “hérité” de son prédécesseur Donald Trump. “J’ai publié le rapport du renseignement sur le meurtre de Kamal Khashoggi, j’ai imposé de nouvelles sanctions, notamment à l’encontre des Forces d’intervention rapide saoudiennes impliquées dans le meurtre”, souligne-t-il notamment.

[...] Lire la suite sur Courrier international

VIDÉO - Droit à l'avortement aux Etats-Unis : Joe Biden contre-attaque face à la Cour suprême

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles