Joe Biden défend ses plans d’investissement et répond au public sur CNN

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Joe Biden était à la télévision, sur la chaîne CNN, ce jeudi soir 21 octobre. Le président américain, qui fait face à des sondages à la baisse, a répondu aux questions du public, notamment pour défendre ses plans d’investissements, qui ont du mal à contenter tous les élus de son camp.

Avec notre correspondant à Washington, Guillaume Naudin

Les marchandises sont bloquées dans les ports, les prix de l’essence montent et l’économie peine à redémarrer faute de main d’œuvre. Joe Biden le sait, mais il tient à le rappeler : cela va mieux que lorsqu’il est arrivé et la situation a même des avantages : « Les salaires sont en hausse pour ceux qui travaillent. Parce que pour la première fois depuis longtemps, les employés peuvent négocier : "Vous êtes le patron ? Vous voulez que je travaille pour vous ? Combien allez-vous me payer ? Comment vous allez vous y prendre ?" Je ne plaisante pas. »

Pas d'impôts supplémentaires

Mais le président veut aller plus loin avec ses plans d’investissement dans les infrastructures, dans l’énergie propre et dans la protection sociale. Il y en a pour des milliers de milliards dollars et à écouter Joe Biden, cela ne coûtera rien en impôt à la plupart des Américains. « Je veux m’assurer que tout soit financé sans que quiconque gagne moins de 400 000 dollars par an paye un centime d’impôt en plus, a-t-il affirmé. C’est mon objectif et il y a des moyens de faire ça. Par exemple, la taxe internationale sur les entreprises à 15%. »

À lire aussi : États-Unis: le Sénat approuve le vaste plan infrastructures de Joe Biden

Tout le monde n’est pas d’accord dans son propre camp démocrate, mais Joe Biden est un optimiste, malgré des discussions difficiles : « J’ai été sénateur pendant 370 ans, rigole-t-il, et j’étais assez bon à conclure des accords. Je pense que l’interdiction provisoire des armes d’assaut est l’accord le plus difficile sur lequel j’ai travaillé et j’ai réussi. Je pense que je trouverai un accord. »

Mais l’horloge tourne. Les sondages baissent et cet accord tarde à arriver.

À lire aussi : États-Unis: les réformes économiques de Biden entrent «dans le dur» des discussions entre démocrates

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles