Joe Biden condamne un tir de missile, Pyongyang crie à l’ingérence

Source AFP
·1 min de lecture
Joe Biden avait lancé un avertissement à Pyongyang : « Il y aura des réponses si [les dirigeants nord-coréens] choisissent l'escalade. Nous répondrons en conséquence. »
Joe Biden avait lancé un avertissement à Pyongyang : « Il y aura des réponses si [les dirigeants nord-coréens] choisissent l'escalade. Nous répondrons en conséquence. »

La Corée du Nord s'en prend frontalement à Joe Biden. Et ne laisse guère entrevoir d'amélioration possible de la relation entre Pyongyang et Washington. Samedi 27 mars, elle a accusé le président démocrate de s'être rendu coupable d'une « ingérence » et de « provocation » envers elle lorsqu'il a condamné le tir de missile effectué plus tôt cette semaine. Dans un communiqué de presse publié par l'agence officielle KCNA, un haut responsable du régime nord-coréen, Ri Pyong-chol, a ainsi indiqué que Joe Biden avait fait preuve d'une « profonde hostilité » dans ses propos à l'égard de Pyongyang.

Il a prévenu que la répétition de tels propos pourrait entraîner « des conséquences » néfastes pour Washington. La Corée du Nord, qui est une puissance nucléaire, utilise régulièrement depuis des années ses tests militaires pour faire monter la pression dans ses relations conflictuelles avec les États-Unis. Elle a effectué jeudi un tir d'essai de ce qu'elle a décrit comme un nouveau « projectile tactique guidé » équipé d'un moteur à carburant solide.

Des missiles au lancement interdit

Deux exemplaires de cet engin ont été tirés jeudi matin depuis l'est de la Corée du Nord vers des cibles situées en mer du Japon, appelée en Corée mer de l'Est. Le Premier ministre japonais Yoshihide Suga a aussitôt déclaré que ces projectiles étaient « deux missiles balistiques », une catégorie d'engins dont le développement et le lancement sont interdits à la Corée du Nord par plusieurs rés [...] Lire la suite