Joe Biden comparé à Ron Burgundy après une bourde avec son prompteur

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le président des États-Unis a lu sur son prompteur des mots qui n'étaient pas destinés à l'être. Ce qui lui a valu des moqueries de la part de ses détracteurs.

ÉTATS-UNIS - Joe Biden a gagné un nouveau surnom pas franchement laudateur. Vendredi 8 juillet, le président des États-Unis a tenté de reprendre la main sur la polémique née de la décision de la Cour suprême d’arrêter de protéger l’avortement dans le pays. Pour ce faire, il a prononcé un discours virulent et demandé aux Américains de lui donner une large majorité lors des midterms de novembre. Mais ce n’est pas tout ce qui a fait les gros titres de la presse...

Car au cours de sa prise de parole, le locataire de la Maison Blanche a aussi commis une petite gaffe, lisant sur son prompteur une phrase qui n’était clairement pas destinée au public. Ainsi, après avoir cité une statistique mettant en avant le fait que les femmes votent davantage que les hommes, le président américain a continué en disant “Répéter la dernière phrase”. Ce qui semblait être une indication de son équipe qui lui était adressée, mais qui n’aurait pas dû être lue.

Reprenant en bafouillant quelque peu, sûrement après s’être rendu compte de son erreur, Joe Biden a ensuite repris le fil de son discours. Mais c’était trop tard, les réseaux sociaux voyant très rapidement pulluler l’extrait vidéo de sa bourde, alimentés par nombre des contempteurs du chef de l’État.

Comparé à un présentateur gaffeur

Et si son entourage a tenté de faire croire que le président ne s’était pas trompé, mais qu’il avait prévenu son auditoire qu’il allait répéter sa dernière phrase, cette version apparaît très peu plausible.

Ainsi, de nombreux responsables du parti républicain ont partagé la séquence l’accompagnant de force moqueries. Et certains critiques de Joe Biden, au premier rang desquels le fils de Donald Trump et le milliardaire libertarien, Elon Musk, ont notamment profité de la vidéo pour donner donc un nouveau surnom au président: Ron Burgundy.

Une référence au personnage incarné par l’acteur Will Ferrell dans “Présentateur vedette: La Légende de Ron Burgundy” (ou “The Anchorman” en version originale). Un journaliste star dont les collègues réalisent qu’il est possible de lui faire dire n’importe quoi à partir du moment où cela apparaît sur son prompteur.

Une ligne d’attaque fréquente

C’est ainsi qu’en lui faisant insulter la ville de San Diego où est basée leur chaîne, sa co-présentatrice et rivale parvient à obtenir son licenciement. Une issue qui, on l’imagine, siérait à la perfection aux détracteurs de Joe Biden, qui rêvent de lui compliquer encore un peu plus la tâche à la Maison Blanche au sortir des élections de mi-mandat.

Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que les opposants à Joe Biden tentent de le discréditer en évoquant ses lectures de prompteur. Dans la droite lignée d’un Donald Trump qui l’appelait “Joe l’endormi” pour ironiser sur un ton parfois assez monocorde, les critiques sur ses hésitations et savonnages sont très fréquents.

En novembre 2021, alors que le président citait un industriel dans un discours, certains de ses détracteurs avaient déjà essayé de faire croire à un moment “Ron Burgundy”, s’amusant du fait qu’il ait dit “fin de citation”. Sauf qu’à l’époque, il refermait effectivement une citation. Une preuve de plus que dans une Amérique déchirée entre deux camps très éloignés, chaque faux pas ou mauvaise publicité potentielle est utilisée jusqu’à la corde.

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

VIDÉO - Quand Emmanuel Macron interpelle Joe Biden devant les caméras, pour discuter de la stratégie sur le pétrole

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles