Joe Biden autorise à nouveau les personnes transgenres à servir dans l'armée américaine

·2 min de lecture

En présence du ministre de la Défense Lloyd Austin et du chef d'état-major, le général Mark Milley, Joe Biden a signé un décret selon lequel "tous les Américains aptes à servir dans les forces armées des Etats-Unis devraient pouvoir le faire", a indiqué la Maison Blanche dans un communiqué. 

Le président Joe Biden a de nouveau autorisé lundi les personnes transgenres à servir dans l'armée américaine, revenant sur une décision controversée de Donald Trump jugée discriminatoire par les associations de défense des droits humains.

En présence du ministre de la Défense Lloyd Austin et du chef d'état-major, le général Mark Milley, le président américain a signé un décret selon lequel "tous les Américains aptes à servir dans les forces armées des Etats-Unis devraient pouvoir le faire", a indiqué la Maison Blanche dans un communiqué.

"Le président Biden considère que l'identité sexuelle ne devrait pas être un obstacle au service dans l'armée et que la force de l'Amérique réside dans sa diversité", ajoute l'exécutif américain.

"Notre intérêt national"

"Permettre à tous les Américains aptes à servir leur pays sous l'uniforme est meilleur pour l'armée et meilleur pour notre pays parce qu'une force (armée) inclusive est une force plus efficace", poursuit le communiqué. "Plus simplement, c'est ce qui est juste et c'est dans notre intérêt national".

A la fin de son mandat, l'ancien président démocrate Barack Obama avait prévu que l'armée commencerait à accueillir des recrues transgenres au 1er juillet 2017.

Son successeur républicain avait d'abord reporté l'échéance au 1er janvier 2018, puis avait décidé de revenir complètement sur cette politique. Donald Trump avait mis en avant, dans une salve de tweets en juillet 2017, "le fardeau des coûts médicaux énormes" et des "perturbations", prenant la hiérarchie militaire par surprise.

Après divers recours en justice, l'affaire avait atteint la Cour suprême qui avait autorisé en janvier 2019 l'administration de Donald Trump à limiter les droits des transgenres en attendant(...)


Lire la suite sur Paris Match