Joe Biden au bord des larmes en évoquant son fils mort à 46 ans : cette touchante vidéo

·1 min de lecture

Jour J. Ce mercredi 20 janvier, Joe Biden prêtera serment lors d'une cérémonie d'investiture historique, à laquelle n'assistera pas son prédécesseur Donald Trump. La veille, le nouveau président des Etats-Unis se trouvait dans le Delaware. Un Etat cher à son coeur, où il a grandi et où il est devenu sénateur. Dans un discours d'adieux avant de rejoindre Washington et la Maison Blanche, Joe Biden a eu les larmes aux yeux en évoquant la mort de son fils Beau à l'âge de 46 ans seulement.

"Quand je mourrai, le Delaware sera écrit dans mon cœur et dans le cœur de tous les Biden," a fait savoir avec beaucoup d'émotion le nouveau président élu comme le rapporte le New York Post, "Vous avez été là pour nous dans les bons comme dans les mauvais moments. Vous n'avez jamais abandonné et je suis fier, fier, fier d'être un fils du Delaware" a-t-il tenu à souligner. Un discours prononcé devant sa famille et ses proches, au centre de la garde nationale Major Joseph R. "Beau" Biden III, baptisé ainsi en hommage à son fils disparu. "Je n'ai qu'un regret c'est qu'il ne soit pas là, parce que cela devrait être à nous de le présenter en tant que président," a-t-il confié au bord des larmes.

Joe Biden nourrissait de grandes ambitions pour son fils. Beau Biden avait été élu procureur général du Delaware de 2007 à 2015. Son père rêvait alors pour son fils des plus hautes fonctions de l'Etat, mais sa mort prématurée d'un cancer du cerveau en 2015 en a décidé autrement. Père de deux enfants, Natalie et (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Melania Trump ne veut pas se faire oublier : son appel à ses fans
Inceste - Brigitte Macron face au tabou : "Il faut que ça explose"
Retrouvailles de Marine Lorphelin avec son chéri au bout du monde : "Mon projet de vie, c'est nous"
Charlene de Monaco fait fi des critiques sur sa coupe de cheveux punk glam : "J’en avais envie depuis longtemps"
VIDÉO - L'étonnante imitation de Jean Castex par Pascal Praud