Joe Biden en Arabie saoudite: la réconciliation malgré les dénégations

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Joe Biden entame ce mercredi 13 juillet sa première tournée au Proche et au Moyen-Orient depuis son accession à la Maison Blanche. Le président américain doit atterrir à Tel Aviv cet après-midi. Une première étape israélo-palestinienne au cours de laquelle il rencontrera les dirigeants des deux parties. Mais l’étape la plus marquante est certainement celle qui débutera vendredi, lorsqu’il arrivera en Arabie saoudite.

Joe Biden n’était pas encore président. Candidat pour le Parti démocrate face à Donald Trump, soutien affirmé du prince héritier saoudien Mohammed ben Salman, il avait pris le contrepied de son adversaire et avait déclaré qu’il voulait faire de l’Arabie saoudite un « paria » sur la scène internationale. En cause, le rôle de son dirigeant de facto dans l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi.

Devenu président, il avait poursuivi sur la même voie et déclassifié un rapport de la CIA qui accusait Mohammed ben Salman d’avoir « validé » ce meurtre. Le rapport avait été rejeté par Riyad, mais sa publication mettait la pression sur Mohammed ben Salman devenu persona non grata dans bon nombre de pays. Le ton était donné par Washington : pas question de traiter l’Arabie saoudite avec autant d’égard que ne l’avait fait Donald Trump. L’administration Biden, elle, allait réintroduire des valeurs dans sa diplomatie.

« Réorienter » les relations


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles