Joe Biden appelle à l'apaisement dans son discours de victoire

·4 min de lecture

Joe Biden a promis samedi d'être le président qui unifierait l'Amérique, après quatre années de tumulte et de divisions, célébrant dans sa ville de Wilmington, dans le Delaware, "une victoire convaincante" face à Donald Trump.

Quelques heures après l'annonce des résultats de l'élection, devant une foule en liesse rassemblée en "drive-in", le démocrate Joe Biden a appelé les Américains à ne plus traiter leurs "opposants comme des ennemis". "Je promets d'être un président qui ne cherche pas à diviser mais à unifier, qui ne voit pas d'États rouges et d'États bleus, mais ne voit que les États-Unis", a-t-il lancé lors d'un discours enflammé dans son fief du Delaware, où il réside et où son équipe de campagne siégeait.

"Le peuple de cette nation a parlé. Il nous a donné une victoire claire, une victoire convaincante", a poursuivi Joe Biden alors que les chaînes d'information diffusent continuellement depuis la fin du scrutin des cartes du pays colorées de rouge et de bleu – les couleurs traditionnelles du Parti républicain et du Parti démocrate.

Portant un masque noir, Joe Biden est arrivé en courant sur la scène de son discours de victoire, sur fond d'une chanson de Bruce Springsteen, un de ses fervents partisans, comme pour démentir l'image de candidat vieillissant qui a pesé sur sa campagne menée en sourdine. Élu à 77 ans président des États-Unis, il met fin à une séquence politique inédite qui a secoué l'Amérique et le monde.

Sans un mot pour son adversaire ni sans jamais le citer nommément, Joe Biden a célébré sa "victoire convaincante", tout en tendant la main aux électeurs du président républicain, dont il a dit comprendre la "déception". "Voyons-nous, parlons-nous", "donnons-nous une chance", a-t-il insisté, sous le son des klaxons enthousiastes. Il est "temps de panser les plaies [du pays]" et d'en finir avec les "diabolisations".

"Pour tous ceux qui ont voté pour le président Trump, je comprends leur déception ce soir. J'ai moi-même perdu quelques fois. Mais à présent, donnons une chance à chacun d'entre nous. Le moment est venu de repousser les discours agressifs, de faire baisser la température, de nous regarder et de nous écouter à nouveau. Et pour progresser, nous devons cesser de traiter nos adversaires comme nos ennemis. Ils ne sont pas nos ennemis. Ils sont des Américains", a déclaré Joe Biden.

"Restaurer l'âme de l'Amérique"

Au cours de ce discours, il a également fait appel aux valeurs chrétiennes qui l'habitent : "La Bible nous enseigne qu'il y a une saison pour tout, un temps pour construire, un temps pour récolter et un temps pour semer, et un temps pour guérir. Le moment est venu de guérir en Amérique."

Remerciant la "coalition large et diverse" qui a porté sa candidature, il a rendu hommage aux Afros-Américains, qui ont joué un rôle central dans sa victoire. "Ils me soutiennent toujours, comme je les soutiendrai." Et le démocrate de répéter : "J'ai fait campagne pour restaurer l'âme de l'Amérique".

Il a également tenu à remercier sa colistière Kamala Harris qui entrera elle dans l'histoire en devenant la première femme à accéder à la vice-présidence. Kamala Harris avait pris la parole juste avant lui, toute vêtue de blanc, en hommage aux suffragettes, en affirmant qu'elle ne serait "pas la dernière".

Plus de 350 voitures étaient rassemblées devant la scène, et des milliers de partisans se trouvaient à l'extérieur du grand parking où était installée la scène. Imaginés pour éviter la propagation du coronavirus, ces rassemblements ont porté le message d'un candidat qui a placé la lutte contre la pandémie au centre de son programme. Joe Biden a d'ailleurs annoncé qu'il mettrait en place, dès lundi 9 novembre, une cellule de crise sur le Covid-19.

Un feu d'artifices a conclu la soirée, le nombre "46" s'inscrivant dans le ciel de Wilmington : Joe Biden va devenir le 46e président des tats-Unis. Les familles de Joe Biden et de Kamala Harris les ont ensuite rejoints sur la scène.

Avec AFP et Reuters