Les jobs d'été peuvent-ils être réservés aux enfants du personnel d'une entreprise ?

·1 min de lecture

Avec le début de l'été, de nombreux salariés vont prendre des congés dans les entreprises. La tendance actuelle est la suivante : les salariés proposent à leur employeur de recruter en priorité leurs enfants, le plus souvent étudiants, pour les jobs d’été. Pourtant, comme l'affirme l'avocat Roland Perez sur Europe 1, dimanche, le Code du travail désapprouve cette pratique.

La plupart des entreprises privilégient cette pratique : le recrutement des enfants des salariés pour occuper des jobs temporaires l’été, ce qui semble participer d’un bon esprit. Que nenni ! Le Code du travail ne l’approuve pas. Pire, il incrimine cette pratique comme discriminatoire, puisque les dispositions relatives à la non-discrimination à l’embauche précisent qu’un employeur ne peut écarter d’une procédure de recrutement ou même de l’accès à un stage une personne en raison de sa situation de famille. En l'occurrence, ici, parce que cette personne ne serait pas la fille, le fils ou un parent proche d’un des salariés de l’entreprise. La loi parle dans ce cas d’une rupture de l'égalité des chances dans l’accès à l’emploi.

En pratique, comment savoir si tel job d’été a été confié à un enfant d’un des salariés alors qu’il aurait pu l’être pour un candidat lambda ?

Tout dépend de la démarche de recrutement. Soit il existe une véritable procédure garantissant la neutralité des candidatures avec une grille de présélection objective, soit il n’en existe pas, et à l’occasion d’un réclamation, l’inspection du t...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles