JO de Tokyo : il reste cent jours aux champions pour s’entraîner

À cent jours des Jeux olympiques de Tokyo (Japon), Kevin Mayer s'entraîne sans ménagement, toujours plus impatient. "C'est le plus gros objectif de ma carrière, je le sais, les Jeux Olympiques. Et de ne pas en avoir pendant cinq ans, c'est très frustrant. Et là, cent jours, j'avoue que ça me paraît vraiment long, surtout qu'à l'entraînement je me sens en forme, je me sens bien", assure le champion du monde de décathlon. L'athlète se prépare normalement, dans son stade fétiche à Montpellier (Hérault). Rien à voir avec ses conditions d'entraînement du printemps dernier, où il s'entraînait dans le jardin de sa maison. Actuellement, comme tous les sportifs de haut niveau, il est autorisé à pratiquer son sport sans contraintes. Se maintenir en forme Mais tout n'est pas aussi simple qu'avant. En Isère, Mickael Mawem prépare également les JO en escalade, une première pour son sport nouvellement devenu discipline olympique. Mais impossible pour lui d'accéder aux autres salles de France : la plupart sont fermées, et les compétitions annulées. Lui aussi a dû se réinventer au printemps dernier pour se maintenir en forme. "Un mois et demi sans escalade, même si tu fais des trucs à la maison... Je n'ai pas perdu, mais je n'ai pas gagné", regrette-t-il. Et la crise sanitaire se ressent également financièrement. Mickael et son frère se sont lancés dans la vente de produits dérivés pour combler le manque à gagner. Les Jeux olympiques doivent avoir lieu dans cent jours, mais nul ne sait à quoi ils vont ressembler.