JO de Tokyo : Clarisse Agbegnenou et Samir Aït Saïd désignés porte-drapeaux

·1 min de lecture
La judoka Clarisse Agbegnenou et le gymnaste Samir Aït Saïd représenteront les couleurs de la France au JO de Tokyo.
La judoka Clarisse Agbegnenou et le gymnaste Samir Aït Saïd représenteront les couleurs de la France au JO de Tokyo.

Pour la première fois dans l'histoire des Jeux, deux binômes hommes-femmes ont été désignés porte-drapeaux de la France. Leurs noms ont été dévoilés sur France 2, diffuseur en clair des JO de Tokyo, ce lundi 5 juillet. Il s'agit de la judoka Clarisse Agbegnenou et du gymnaste Samir Aït Saïd. Les deux sportifs, élus par des « ambassadeurs » des fédérations olympiques, porteront les couleurs de la France et succéderont à Teddy Riner, porte-drapeau aux JO de Rio. De leur côté, Sandrine Martinet (judo) et Stéphane Houdet (tennis fauteuil) ont été plébiscités par un vote du public pour représenter la France aux Jeux paralympiques, du 24 août au 5 septembre.

« Ça me porte », a déclaré Clarisse Abgegnenou, déjà quintuple championne du monde en - 63 kg, mais désireuse d'aller chercher l'or olympique qui lui manque. « On va aller la chercher avec le plaisir et le sourire », a fait savoir la vice-championne olympique 2016. « Porte-drapeau, c'est que du bonheur et du plus », a renchéri Samir Aït Saïd, lui aussi en quête d'un premier titre olympique et dont la blessure spectaculaire subie à Rio, une double fracture tibia-péroné de la jambe gauche, avait marqué les esprits.

À LIRE AUSSIJO à huis clos ou en public ? Le variant Delta fait douter Tokyo

Des concurrents de poids

Parmi les autres candidats à porter le drapeau français, figuraient des poids lourds : le nageur Florent Manaudou et le perchiste Renaud Lavillenie, tous deux sacrés champions olympiques à Londres en 20 [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles