JO de Paris 2024: Tony Estanguet rappelle devant l'ONU l'importance de la trêve olympique

JO de Paris 2024: Tony Estanguet rappelle devant l'ONU l'importance de la trêve olympique

Un message de paix et d'unité. L'Assemblée générale de l'ONU a appelé ce mardi tous les pays du monde à respecter la traditionnelle "trêve olympique" à l'occasion des Jeux de Paris l'été prochain, une résolution symbolique critiquée par la Russie dénonçant des "interférences politiques" dans le sport.
La résolution adoptée par 118 voix pour, aucune contre et deux abstentions (Russie et Syrie), appelle les Etats membres à "observer la trêve olympique individuellement et collectivement" à partir du septième jour avant le début des JO de Paris (26 juillet au 11 août 2024) et jusqu'au septième jour après la fin des jeux paralympiques (28 août au 8 septembre). Le texte préparé par la France souligne aussi "l'importance de la coopération entre les Etats membres pour appliquer les valeurs de la trêve olympique à travers le monde". "Je ne me souviens pas d'un monde faisant face à tant de confrontations, de divisions, de polarisation", a commenté à la tribune de l'ONU le président du Comité international olympique (CIO) Thomas Bach, appelant à "envoyer un message sans équivoque au monde: oui, nous pouvons nous rassembler même en temps de guerres et de crises". "Les Jeux ont une valeur d'exemple extrêmement inspirante parce qu'ils donnent à voir ce que nous avons en commun plutôt que ce qui nous divise", a ajouté Tony Estanguet, patron du comité d'organisation des JO de Paris.

La Russie dénonce "une tendance dangereuse à l'interférence politique"

Inspirée par l'ancienne tradition grecque de "l'ekecheiria" qui imposait la cessation de toute hostilité pendant les jeux olympiques antiques, cette "trêve" a été réintroduite par l'ONU en 1993, suite à une initiative du CIO. Adoptée généralement par consensus tous les deux ans avant les Jeux d'hiver et d'été, elle n'est pas toujours respectée.

Ainsi, le CIO considère l'invasion de l'Ukraine par la Russie en février 2022 comme une violation de la trêve olympique liée aux JO 2022 de Pékin et a ainsi recommandé aux fédérations internationales de bannir leurs compétitions du sol russe et d'interdire tout symbole officiel russe - hymne ou drapeau. Mais il n'a pas encore tranché concernant les Jeux.

La Russie a dénoncé ce qu'elle considère comme une "discrimination", tout comme la résolution adoptée mardi. "Il y a une tendance dangereuse à l'interférence politique dans le sport et à l'utiliser comme instrument de pression politique", a déclaré l'ambassadrice russe adjointe à l'ONU Maria Zabolotskaya, qualifiant la limitation de participation des athlètes russes aux compétitions internationales de "sommet de l'hypocrisie et du cynisme".

Article original publié sur RMC Sport