JO de Paris 2024 : le Sénat adopte un texte sécuritaire

Decoration Noel Mairie de Paris
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Le Sénat vote pour le projet de loi sur les JO de Paris 2024

En deux petites journées, les 24 et 25 janvier, les sénateurs sont allés au bout du projet de loi sur les Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024. L’ensemble du texte a été adopté ce mardi 31 janvier par 245 voix contre 25, et 65 abstentions, lors d’un vote solennel.

Les groupes LR, Union centriste, RDPI, RDSE et le groupe des Indépendants – République et Territoires ont voté pour. Le groupe PS s’est abstenu. Les groupes écologistes, CRCE (communiste) ont voté contre, tout comme le sénateur RN Stéphane Ravier. Le point sur les principales mesures du projet de loi.

  • La vidéosurveillance « augmentée » par l’intelligence artificielle expérimentée jusqu’en 2025

C’est le point le plus sensible du projet de loi. Le plus polémique aussi. Pour assurer la sécurité des JO, le gouvernement souhaite se doter d’un nouvel outil, par la vidéoprotection avec algorithmes, qui analysent en temps réel les images pour détecter certains événements prédéterminés considérés comme « anormaux ». Après le scandale du Stade de France, l’exécutif pense aux mouvements de foule, mais aussi aux attroupements suspects, un colis abandonné, ou pourquoi pas une personne qui court dans le sens inverse du déplacement de la foule. L’objectif est aussi de lutter contre le risque d’attentat terroriste. En cas de situation potentiellement suspecte, les forces de l’ordre sont alertées, avant de prendre une éventuelle décision.

Le recours à la reconnaissance faciale a été écarté par le gouvernement. Le système repérera des « situations », a souligné le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, et pas les individus en tant que tels. Le dispositif est expérimenté jusqu’au 25 juin 2025, soit bien après la fin des JO, pour les « manifestations sportives, récréatives ou culturelles ». Les Jeux olympiques ne sont donc pas les seuls concernés.

La majorité sénatoriale LR/Union centriste a soutenu cette innovation majeure, que la Cnil ( (...) Lire la suite sur Public Sénat

Loi anti-squat : le texte arrive en débat au Sénat, la gauche et les associations sont vent debout

Immigration : que contient le projet de loi ?

Pour François Lenglet : la phase extraordinaire de la mondialisation « est finie et pour un bon moment »

Congrès du PS : pourquoi l’accord conclu risque de compliquer la vie de la Nupes

Coupures d’électricité contre les élus : « Ils vivront ce que vivent 12 millions de Français en précarité énergétique », relève Fabien Roussel