JO Paris 2024 : le centre aquatique engloutira-t-il les jardins d'Aubervilliers?

·1 min de lecture

Un samedi matin à Aubervilliers. Une quinzaine de curieux cheminent dans les jardins ouvriers des Vertus, entre les cabanons de bric et de broc, les arbres fruitiers et les rangées de choux perlés de givre. Dolores Mijatovic fait visiter son "paradis", ce lopin de terre qu'elle partage avec des hérissons, 22 espèces protégées d'oiseaux et quelques renards. "J'aime le contraste entre ce jardin d'un autre temps et ces tours façon Detroit", commente-t‑elle. Mais, sur un grillage, un message inscrit sur une bâche retient l'attention : "Des potirons, pas du béton". Car, dans quelques mois, 4.000 mètres carrés de potagers vont disparaître.

D'ici à 2023 doit en effet sortir de terre un centre aquatique. Ce bassin sera destiné aux athlètes des JO de 2024 qui pourront s'y entraîner - les compétitions se dérouleront à Saint-Denis. L'équipement sera ensuite destiné au grand public et renforcera l'offre aquatique très faible en Seine-Saint-Denis : le département est le moins bien doté d'Île-de-France, avec 36 bassins pour 1,5 million d'habitants. À Aubervilliers, cette nouvelle piscine sera construite sur le parking voisin des jardins ouvriers, tandis qu'un solarium et un centre de fitness empiéteront sur ces potagers. Et ce n'est que le début. À l'horizon 2030, 6.000 mètres carrés supplémentaires, sur 26.000 au total, seront engloutis pour faire place à une gare du Grand Paris Express.

L'ensemble s'inscrit dans le cadre de la zone d'aménagement concerté du Fort d'Aubervilliers, qui pré...


Lire la suite sur LeJDD