JO de Paris 2024 : Candidat pour être porte-drapeau, Earvin Ngapeth se dit « prêt à assumer ses conneries »

VOLLEY PLUS HAUT - Malgré ses casseroles, le volleyeur estime être qu’il pourrait faire un bon porte-drapeau aux Jeux olympiques de Paris

À un mois et demi de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de Paris, la course au rôle de porte-drapeau bat son plein. Qui aura l’honneur d’apparaître en tête de la délégation française, avec la bannière tricolore, sur la Seine ? Le CNOSF publiera la liste complète des candidats ce jeudi.

Les critères excluent déjà de sacrés clients, parmi lesquels Antoine Dupont, Victor Wembanyama, Teddy Riner, Clarisse Agbégnénou et Samir Aït Saïd. Le joueur international français de volley-ball Earvin Ngapeth, lui, est en lice. Il s’est livré sur la perspective d’assumer ce rôle dans les colonnes de L’Equipe.

« Pas quelqu’un qui se cache »

« Je n’ai jamais oublié l’émotion ressentie la première fois que j’ai porté le maillot bleu avec les gars. C’était vraiment une fierté incroyable. Ce serait une joie immense et aussi une manière, quelque part, de boucler la boucle », confie le réceptionneur-attaquant au Halkbank Ankara, qui évolue dans le Championnat de Turquie masculin de volley-ball.

« Quand tu es sportif de haut niveau, tu représentes la France avec ton cœur et ta chair. Tu fais des tas de sacrifices pour représenter ton pays partout dans le monde », poursuit le champion olympique, qui a tenu à répondre aux doutes levés par ses « conneries » hors des terrains. « Je (...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
JO de Paris 2024 : Après son premier titre en simple, Alexis Lebrun croit plus que jamais à ses chances de qualification
JO de Paris 2024 : Gims affirme avoir refusé de chanter lors de la cérémonie d’ouverture
Jo de Paris 2024 : 338 sites Internet frauduleux de revente de billets recensés par les cybergendarmes
JO de Paris 2024 : La baignade d’Anne Hidalgo dans la Seine annulée à cause d’un trop fort courant
JO de Paris 2024 : Environ 140 stations seront surchargées, la vôtre en fait-elle partie ?
JO de Paris 2024 : « Pas un vrai sujet pour nous »… Promis, les triathlètes ne s’inquiètent pas pour l’eau de la Seine