JO de Paris : ça tangue à la tête du comité olympique français

À deux ans des JO de Paris, Brigitte Henriques, la présidente du Comité national olympique et sportif français (Cnosf) souhaite le départ du secrétaire général, Didier Séminet. Une situation inédite selon les observateurs.

Les membres du Comité national olympique et sportif français (Cnosf) devront décider dans une dizaine de jours du maintien ou non dans ses fonctions du secrétaire général Didier Séminet, en conflit avec sa présidente, Brigitte Henriques, a-t-on appris jeudi de sources ayant connaissance du dossier.

Le divorce n'est pas encore officiel. Mais à deux ans des JO de Paris , l'instance olympique, représentante du Comité international olympique (CIO) en France, s'agite fort en interne.

Près de 14 mois après son accession à la présidence, Brigitte Henriques souhaite en effet changer de secrétaire général, qu'elle avait pourtant choisi.

"Il avait largement contribué à son élection, c'était l'un de ses proches conseillers. C'est quelqu'un d'apprécié, d'impliqué", assure à l'AFP un des membres de l'instance. "Un personnage clivant", nuance un autre.

L'annonce a été faite jeudi matin lors de la réunion de rentrée du mouvement sportif à laquelle participaient une soixantaine de présidents de fédérations, des salariés et des administrateurs du Cnosf.

Le président de la Fédération de judo, Stéphane Nomis, a interrogé Brigitte Henriques sur les raisons de la convocation d'un conseil d'administration extraordinaire le 12 septembre, selon différentes sources. La présidente du Cnosf a alors confirmé que serait soumis au vote le départ de Didier Séminet du poste de secrétaire général.

Deux jours plus tôt, le bureau exécutif élargi du Cnosf avait acté le fait de proposer son départ.

"

Comment expliquer que l'on doit s'unir à deux ans des JO si on n'est pas capable de s'unir soi-même?

"

"Elle nous a dit que le trio (présidente, directrice générale et secrétaire général, NDLR) ne fonctionnait pas", assure à l'AFP un président de fédération qui(...)


Lire la suite sur Paris Match