JO: un message d'"alerte extrêmement grave" sur smartphone surprend les Parisiens

"Alerte extrêmement grave": c'est l'intitulé du message envoyé sur les téléphones de nombreux Parisiens lundi à 20H00 par le ministère de l'Intérieur, qui assume avoir voulu "informer largement" de l'ouverture d'une plateforme en ligne pour accéder au périmètre olympique pendant les JO (Ludovic MARIN)
"Alerte extrêmement grave": c'est l'intitulé du message envoyé sur les téléphones de nombreux Parisiens lundi à 20H00 par le ministère de l'Intérieur, qui assume avoir voulu "informer largement" de l'ouverture d'une plateforme en ligne pour accéder au périmètre olympique pendant les JO (Ludovic MARIN)

"Alerte extrêmement grave": c'est l'intitulé du message envoyé sur les téléphones de nombreux Parisiens lundi à 20H00 par le ministère de l'Intérieur, qui assume avoir voulu "informer largement" de l'ouverture d'une plateforme en ligne pour accéder au périmètre olympique pendant les JO.

L'alerte, envoyée par le dispositif FR-Alert qui sert à prévenir le grand public en cas d'urgence, s'accompagnait d'une forte sonnerie.

"IMPORTANT: message du ministère de l'Intérieur relatif au périmètre de sécurité de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques du 18 au 26 juillet inclus", pouvait-on lire dans ce message incitant les "riverains, salariés, commerçants, clients d'hôtels ou de restaurants" à se connecter à la plateforme "pass-jeux" pour obtenir un QR code.

"C'est une alerte envoyée dans les périmètres de sécurité et leurs abords pour informer largement de l'ouverture de la plateforme", a-t-on assumé au ministère de l'Intérieur. "Ce n'est pas un test. C'est une information", a poursuivi la Place Beauvau, ajoutant: "À événement exceptionnel dispositif exceptionnel".

L'alerte a été envoyée à 20H00 "pour toucher un maximum de personnes", ont justifié les autorités, face à l'étonnement sur les réseaux sociaux quant à l'écart entre la forme et le fond du message.

Ce dernier a d'ailleurs perturbé une joute verbale dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale entre la France insoumise et... Gérald Darmanin.

A 20H00 précises, alors que le ministre de l'Intérieur était en plein débat sur la Nouvelle-Calédonie, la cacophonie a succédé à la sonnerie stridente de l'alerte: "M. le ministre, il y a une alerte!", ont lancé plusieurs voix chez les Insoumis, alors que Gérald Darmanin essayait d'éteindre son propre téléphone, tout en reprenant le fil de son discours.

La présidente de l'Assemblée nationale Yaël Braun-Pivet a dû intervenir: "Monsieur le Ministre, vous entendez bien qu'il y a une alerte en ce moment, personne ne vous entend!"

sha-ama-tll/bfa/or