Taxis volants : le gouvernement donne son feu vert pour les JO, la mairie de Paris proteste

Alors que l'exécutif a répondu favorablement à l'expérimentation de taxis volants électriques pendant les Jeux olympiques et paralympiques de Paris, le projet demeure critiqué par la mairie de Paris, qui évoque la possibilité d'un recours en justice contre l'arrêté.

Le gouvernement a donné son feu vert, mardi 9 juillet, à l'expérimentation de taxis volants électriques pendant les Jeux olympiques et paralympiques de Paris, un projet critiqué par la municipalité, qui entend contester l'autorisation en justice.

Le ministère des Transports a autorisé la création d'une "hélistation" ou plateforme permettant le décollage et l'atterrissage de ces taxis volants située sur la Seine au niveau d'Austerlitz, dans l'est de la capitale, et son "ouverture à la circulation aérienne publique", selon un arrêté publié au Journal officiel.

Compte tenu du "caractère expérimental" du projet porté par le groupe Aéroports de Paris (ADP), l'exploitation de la plateforme flottante prendra fin le "31 décembre 2024 au plus tard", précise l'arrêté gouvernemental.

Les horaires d'exploitation seront par ailleurs limités "entre 8 heures et 17 heures" et le nombre de vols "à deux mouvements par heure et à 900 vols sur la totalité de l'expérimentation", est-il indiqué.

Le feu vert du gouvernement était attendu depuis plusieurs mois dans ce dossier controversé qui a suscité l'hostilité des élus municipaux de Paris, de la majorité comme de l'opposition, qui voient notamment dans le projet une "aberration écologique".

Avec AFP


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
Restrictions de circulation, transports, fan zones... Où et comment se déplacer pendant les JO ?
Les JO de Paris, un casse-tête annoncé pour les usagers des transports en commun