JO : accusé de sexisme, le président de Tokyo 2020 sur la sellette

Source AFP
·1 min de lecture
Yoshiro Mori, dans la tourmente après des propos sexistes.
Yoshiro Mori, dans la tourmente après des propos sexistes.

Les condamnations se multipliaient vendredi au Japon après les propos sexistes tenus par le président du comité d'organisation des Jeux olympiques de Tokyo, Yoshiro Mori, qui s'est excusé la veille, tout en excluant de démissionner. Mercredi, cet ancien Premier ministre, âgé de 83 ans, s'était plaint que « les conseils d'administration avec beaucoup de femmes prennent beaucoup de temps, car elles ont du mal à finir leurs interventions, ce qui est embêtant ».

Jeudi, Yoshiro Mori s'est excusé lors d'une conférence de presse durant laquelle il est apparu sur la défensive, affirmant vouloir retirer ses propos tout en expliquant maladroitement qu'il ne parlait « pas souvent avec des femmes ces derniers temps ». Mais ses excuses n'ont pas calmé la colère de certains responsables politiques et sportifs, ainsi que celle de sportifs et de volontaires engagés dans la préparation des JO.

À LIRE AUSSIFronde d'élus contre les JO de Tokyo, au diapason de la population

« J'en suis restée coite, car de tel propos ne devraient pas être permis », a déclaré, vendredi, la gouverneure de Tokyo, Yuriko Koike, citée par l'agence Kyodo. « La mission de la ville et du comité d'organisation est de préparer des Jeux sûrs et sécurisés, et nous sommes confrontés à un problème majeur », a déploré Yuriko Koike, l'une des rares femmes politiques japonaises de premier plan. « S'il croit que retirer ses déclarations est suffisant, il se fiche des gens », a jugé, pour sa part, l'élue communis [...] Lire la suite