Publicité

JO de 2024: le sport féminin et les parasportifs toujours en retrait sur les écrans français

L’Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique (Arcom), a publié les premiers résultats d’un baromètre de la consommation de programmes sportifs par les téléspectateurs et internautes français. Intérêt moindre pour le sport féminin, méconnaissance du parasport, cyberharcèlement des athlètes… L’instance passe en revue les enjeux à six mois des Jeux olympiques, traditionnelle et meilleure vitrine d’exposition de disciplines d’ordinaire moins prisées.

Suivre sur son écran un événement sportif 100% féminin ou de para-sport, oui, mais la démarche doit encore être encouragée, au contraire de la haine des athlètes en ligne… l'Arcom, le gendarme français des médias audiovisuels et numériques, et engagé dans la diversité et l’inclusion de la part des télés, radios et sites internet, a dévoilé les premiers résultats d’un baromètre de la consommation de programmes sportifs par les téléspectateurs et internautes.

Si l’intérêt pour les compétitions uniquement féminines est réel - 55% des personnes interrogées en regardent au moins une de temps à autre - il reste moindre par rapport aux spectateurs de sport en général (73%), et se concentre surtout sur les grandes échéances internationales, la proportion d’amateurs de rendez-vous récurrents comme les championnats nationaux tombant à 39%. D’où l’importance des Jeux olympiques, suivis par 58 % des amateurs de sport féminin, dans la mise en avant des performances des femmes.


Lire la suite sur RFI