JO 2024 : le Sénat vote des amendes renforcées contre les militants écologistes en cas d’intrusion sur le terrain

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

C. Kern défend les amendes renforcées contre les militants écolos en cas d’intrusion sur le terrain

Outre le recours à la vidéoprotection « augmentée », c’est l’une des mesures sécuritaires du projet de loi sur les Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024. Les sénateurs ont renforcé, dans la nuit de mardi à mercredi, les sanctions contre les intrusions sur les enceintes sportives.

Un amendement du sénateur centriste Claude Kern, voté en commission, porte de 1500 à 3750 euros l’amende. Elle sera de 7500 euros en cas de récidive ou si les faits sont commis en réunion. Une mesure qui vise directement les militants politiques, généralement des écologistes, qui interviennent pour faire passer un message à la télévision. L’objectif est revendiqué dans le rapport même de la commission. « Ce nouveau délit vise à répondre à un phénomène consistant, pour des mouvements à caractère politique, à interrompre la retransmission d’une compétition sportive pour bénéficier d’une forte exposition médiatique à l’image des incidents intervenus lors de la seconde demi-finale hommes du tournoi de Roland-Garros le 3 juin 2022 », est-il écrit. A noter que la mesure concernera aussi de fait les streakers, c’est-à-dire les personnes qui traversent le terrain en courant et nues.

Une mesure « disproportionnée », dénoncent les sénateurs écologistes

« Les activistes écologistes seront directement concernés en cas d’intrusion non violente sur les terrains pour sensibiliser sur l’urgence climatique, mode d’action qu’ils privilégient. Ils encourront 7500 euros d’amende ! C’est disproportionné », a dénoncé le sénateur écologiste Guy Benarroche. « Nous devons assurer la sécurité, la neutralité et la sérénité des compétitions. Les peines proposées sont équilibrées et proportionnées », a rétorqué Claude Kern. Le sénateur centriste du Bas-Rhin ajoute que « supprimer toute sanction à leur égard serait un appel à troubler la compétition et mettrait en péril la retransmission audiovisuelle des (...) Lire la suite sur Public Sénat

« Certains points de la loi anti squat ne sont pas acceptables », analyse le sénateur André Reichardt

Retraites des femmes : « Les efforts c’est non. On en fait déjà assez comme ça ! » dénonce Laurence Rossignol

Energies renouvelables : Agnès Pannier-Runacher salue « un accord au rendez-vous de l’histoire »

Retour des femmes et des enfants de djihadistes : « Nous n’avons pas changé de doctrine », assure Éric Dupond-Moretti

Guerre en Ukraine : « Par définition, la victoire nécessite une escalade », avertit Claude Malhuret