JO 2024 de Paris : pourquoi la facture pourrait être plus salée que prévu

·1 min de lecture

Depuis toujours, les Jeux olympiques d’été ont plombé les finances des villes hôtes. Paris, qui reçoit l’édition 2024, prétend échapper à cette malédiction. Pas gagné !

Le score est sans appel. A l’approche des Jeux de Tokyo qui démarrent le 23 juillet, 80% des Japonais se disent partisans de leur annulation ou d’un second report pour cause de pandémie. On les comprend ! L’atmosphère sera bien morne sans spectateur. Et l’addition a de quoi faire grimacer les plus impassibles des habitants de l’archipel. Elle s’élèvera à 12,6 milliards d’euros, le double du montant annoncé en 2013 au CIO (Comité international olympique), grand ordonnateur des réjouissances. Voilà qui rappelle les mésaventures de Londres en 2012 (7,8 milliards de suppléments) et de Rio en 2016 (au moins 12 milliards). "C’est la malédiction du vainqueur, observe l’économiste du sport Wladimir Andreff. Pour l’emporter, les villes hôtes minimisent toujours les budgets."

Alors, faut-il s’inquiéter de la note pour Paris 2024 ? Anne Hidalgo, maire de la capitale, et Tony Estanguet, le patron du Cojo (Comité d’organisation des JO), promettent de tenir les cordons de la bourse. Un choix économe a certes été fait : utiliser au maximum les infrastructures sportives existantes. Suffisant pour respecter le budget ? Dès 2018, l’Inspection générale des finances pointait un possible dépassement de 500 millions d’euros. Idem, fin 2020, quand la Cour des comptes envisageait un surcoût de 400 millions. 

Ces alertes ont amené des réajustements, mais la facture, établie à 6,8 milliards d’euros dans le dossier initial, est désormais à 7,1 milliards (sans compter les 100 millions engagés dans la candidature). (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Covid-19 : Olivier Véran annonce que le variant Delta sera majoritaire "probablement ce week-end"
Usagers de la SNCF mécontents, des Iphone moins chers en fonction du mois d'acquisition... Le flash éco du jour
Vers une 3ème dose de vaccin contre le Covid-19 ? Pfizer/BioNTech fait la demande
Selon une étude de LinkedIn, cette ville va avoir de plus en plus de mal à recruter après la crise sanitaire
L’opération coup de poing des discothèques pour leur grande réouverture

Ce contenu pourrait également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles