Publicité

JO 2024: comment la France se prépare à la menace des drones

Plus que 126 jours avant la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques sur la Seine à Paris. La sécurité sera maximale pour l’événement avec 45 000 policiers et gendarmes mobilisés. Le gouvernement français anticipe aussi les menaces venues du ciel, notamment les drones. L’armée de l’air se prépare et réalise plusieurs exercices ces dernières semaines pour anticiper ce risque.

Les drones sont « sans doute la principale menace à appréhender », exposait le ministre de l’Intérieur français Gérald Darmanin, le 23 mai dernier alors qu’était signé le protocole de sécurité pour la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Paris. Les autorités françaises redoutent un scénario : celui d’un drone civil « kamikaze » doté d'une charge explosive, visant la foule.

Jusqu’alors, aucune attaque de ce type n’a eu lieu en France sur le sol national. Cela est déjà arrivé, en revanche, sur des terrains militaires à l’étranger. En 2016, à Erbil, en Irak, un drone piégé a blessé deux membres des forces spéciales françaises et tué deux peshmergas kurdes. L’attaque a vraisemblablement été menée par le groupe Etat Islamique.

De plus en plus de drones en circulation

De fait, les premiers modèles de drones s’achètent à une centaine d’euros en magasin, ce qui contribue à en faire une menace et une arme « low cost » pour un groupe terroriste.

Du côté de l’armée de l’air, on rappelle la nécessité, pour anticiper la menace, de la traiter le plus en amont possible. En maximisant aussi les efforts sur le renseignement.


Lire la suite sur RFI