Publicité

JO-2024: la défenseure des droits se "saisit" de la situation des étudiants et des sans-abri

La défenseure des droits Claire Hédon, le 24 août 2023, à Paris (MIGUEL MEDINA)
La défenseure des droits Claire Hédon, le 24 août 2023, à Paris (MIGUEL MEDINA)

Inquiète d'une possible atteinte aux libertés, la défenseure des droits Claire Hédon a annoncé lundi s'être "autosaisie" de la question des logements étudiants réquisitionnés et de l'évacuation des sans-abri en prévision des Jeux olympiques de Paris cet été.

"Il peut y avoir un risque pour le respect des droits et des libertés dans un contexte comme celui des JO, on est vigilants et on va enquêter", a-t-elle déclaré à des journalistes à Paris, précisant que cette autosaisine concernait également la "liberté de manifester" et "l'utilisation de l'intelligence artificielle".

Les autorités sont accusées depuis plusieurs mois par des associations de mener un "nettoyage social" de la région parisienne, pour faire place nette avant les JO-2024 (26 juillet-11 août) en vidant les rues franciliennes de ses populations les plus précaires: migrants en campements, foyers de travailleurs, sans-abri, travailleuses du sexe, personnes vivant en bidonville...

Des accusations rejetées par la préfecture de la région d'Ile-de-France (Prif) qui a assuré en décembre que l'Etat ne s'était pas fixé l'"objectif zéro SDF" à la rue en prévision des JO. Elle a indiqué à l'inverse vouloir débloquer des "places supplémentaires" d'hébergement d'urgence pour laisser un "héritage social".

"La façon dont les personnes sans domicile fixe sont renvoyées en dehors de Paris dans des centres d'hébergement, la façon dont des habitats sont détruits" alors qu'"il y a une obligation de relogement", tout cela pose la question de "l'invisibilisation des indésirables", a estimé Claire Hédon, dont les "préconisations" issues de cette auto-saisine sont attendues au plus tôt pour le mois d'avril.

L'annonce de cette saisine a été saluée par de Paul Alauzy, porte-parole du collectif "Revers de la médaille", qui porte les accusations de nettoyage social, et qui estime que cela va apporter "un échelon de contrôle supplémentaire (sur ce qui va se passer)".

"Il arrive que les autorités ne répondent pas à nos questions ou opposent une réalité différente de celle que l'on constate sur le terrain. Le défenseur des droits est une autorité administrative à laquelle ils se doivent de rendre des comptes", a-t-il dit à l'AFP.

- "Restrictions" de liberté  -

L'enquête de la défenseure des droits se penchera également sur la question des étudiants à l'heure où plus de 2.000 d'entre eux vont devoir être relogés car leur logement Crous, organisme qui gère notamment les résidences étudiantes, sera réquisitionné pour loger durant l'été les pompiers, soignants, forces de l’ordre et de la sécurité civile.

L'idée, c'est de voir "quelle est la réalité pour les étudiants, à quel moment on leur demande de quitter leur chambre, est-ce qu'un hébergement leur est proposé, etc.", sachant que "l'été ces jeunes font des stages et des boulots d'étudiants", a souligné Claire Hédon.

Contacté par l'AFP, le ministère de l'Enseignement supérieur a assuré lundi qu'"aucun étudiant ne ser(ait) privé de logement pendant les Jeux" à "l'occasion des changements de chambres qui interviendront l'été prochain".

Au-delà de la situation des sans-abri et des étudiants, la "question plus générale de la liberté d'aller et venir dans le cadre des JO", ainsi que "l'utilisation de l'intelligence artificielle", font également partie des champs de la saisine, a déclaré Claire Hédon, tout comme celle de la "liberté de manifester" pendant la période.

Dans le détail, il s'agira notamment d'examiner "les restrictions de la liberté d’aller et venir dans les zones environnant les épreuves olympiques et paralympiques" et modalités de mise en oeuvre "des traitements algorithmiques des images collectées au moyen de systèmes de vidéo protection et de caméras installées sur les aéronefs", a-t-on précisé dans son entourage.

Sollicité par l'AFP, le ministère des Sports a assuré qu'il apporterait "toutes les précisions sur les garanties attachées aux différents sujets" soulevés par la Défenseure des droits.

mep-slb-sha-dec/grd/rhl