JO 2024 à Paris : IDFM ne trouve pas de transporteurs pour les 200.000 personnes accréditées

IDFM a lancé un appel d’offres pour trouver des transporteurs pendant les JO, mais cela n’a attiré aucun candidat pour le moment à cause des trop lourdes pénalités annoncées en cas de dysfonctionnement.

JO 2024 - Des conditions trop strictes. L’appel d’offres lancé par Île-de-France Mobilités (IDFM) pour trouver des opérateurs chargés de transporter les 200.000 personnes accréditées pendant les Jeux olympiques de Paris 2024 n’a attiré aucun candidat en raison des trop lourdes pénalités annoncées en cas de dysfonctionnement, indique le Canard enchaîné à paraître mercredi 4 janvier.

L’autorité régionale des transports doit prélever des bus et cars —électriques et au biogaz— dans sa flotte francilienne et désigner des opérateurs qui les feront rouler pendant l’été 2024 entre village olympique, hébergements, salles de presse, lieux d’entraînements et stades, pour transporter les athlètes, membres des fédérations sportives et organisateurs.

L’appel d’offres lancé le 28 juillet, divisé en trois lots et d’un montant total de 36,7 millions d’euros, a été déclaré infructueux. IDFM a en conséquence relancé un autre appel d’offres le 21 décembre, pour un montant moindre de 33,9 millions.

« Obligation de régularité et de ponctualité »

Le comité d’organisation (Cojo) doit rembourser IDFM —autorité présidée par Valérie Pécresse— pour la mise sur pied de ce réseau éphémère, présenté en juin comme devant être de la taille de celui de Lyon. Le directeur général d’IDFM Laurent Probst avait alors souligné que les opérateurs choisis devraient avoir « une obligation de régularité et de ponctualité ».

Selon le Canard enchaîné, qui cite un cadre de la RATP, le premier appel d’offres « en faisait des tonnes » sur les pénalités, très lourdes en cas de dysfonctionnement.

« C’était ingérable », indique ledit cadre. « Comment savoir aujourd’hui quelles seront les conditions de circulation au moment des JO tant que Valérie Pécresse n’indiquera pas quel sera le niveau d’offre du réseau classique de bus et de métros pour les visiteurs lambda ? », interroge-t-il.

« Nous sommes dans les temps », assure IDFM

Les pénalités prévues sont nettement moins importantes dans le nouvel appel d’offres, selon l’hebdomadaire satirique. Les sociétés intéressées ont jusqu’au 20 janvier pour y répondre.

« Un des marchés lancés par IDFM pour organiser le transport des accrédités des Jeux olympiques de Paris 2024 a été infructueux, comme cela arrive sur d’autres marchés publics dans la conjoncture actuelle », a indiqué un porte-parole de l’autorité régionale des transports à l’AFP.

« Nous l’avons relancé, conformément à la procédure, pour une durée de 30 jours. Le calendrier sera respecté. Nous sommes dans les temps », a-t-il ajouté, sans autre commentaire.

VIDÉO - Pass Navigo : Les usagers en colère après l’augmentation du prix des transports en IDF

Lire aussi

undefined

Tour de France : un départ de Florence inédit en 2024

undefinedundefined

Les festivals d’Avignon, des Vieilles Charrues et le Hellfest seront bien maintenus en 2024

undefined