JO-2020: Kevin Mayer en difficulté, les "Sports Co" brillent

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·4 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Après avoir craint le pire en matinée, Kevin Mayer s'est rassuré dans la soirée: le détenteur du record du monde du décathlon compose avec un dos récalcitrant mais il est à la lutte pour la médaille -probablement pas en or- à l'issue de la première journée de ses dix travaux olympiques, mercredi à Tokyo.

Mais le carton du jour est une œuvre collective impressionnante. Les Bleus ont fait un incroyable carton-plein en "BHV" (basket, hand et volley). Après les handballeurs, basketteurs et volleyeurs mercredi, ce sont les femmes du hand, qui ont écrasé les Pays-Bas (32-22), et du basket, de justesse face à l'Espagne (67-64) qui ont obtenu leur billet pour les demi-finales. Cinq sur cinq! Et les rêves de finales et donc de médailles sont valables pour tous.

Depuis sa médaille d'argent à Rio en 2016, Mayer est devenu la référence mondiale du décathlon avec son record du monde et son sacre planétaire en 2017. Mais il connaît depuis des difficultés dans les grands rendez-vous avec des abandons, comme lors du dernier Championnat du monde en 2019.

Rebelote durant ces JO-2020: c'est cette fois son dos qui lui fait des misères. "Cela fait une semaine que je me suis bloqué le dos", a-t-il expliqué en fin de matinée.

"On a bossé pour relâcher le dos avec du massage et j'ai abattu ma carte avec des anti-inflammatoires", a souligné Mayer en fin de journée, après avoir souffert de crampes lors de la dernière épreuve du jour le 400 m.

- De Grasse succède à Bolt -

Cinquième au classement, il devra réaliser une grande deuxième journée jeudi, sa force habituellement, pour remporter une deuxième médaille olympique après l'argent de 2016. Le titre semble en revanche compromis tant le Canadien Damian Warner domine les débats.

Après les échecs mardi de Renaud Lavillenie à la perche (8e et blessé), Alexandra Tavernier au pied du podium au marteau et Wilhem Belocian éliminé dès les séries du 110 m haies, la santé de Mayer fait craindre le pire à la délégation française dans le stade d'athlétisme.

D'autant que Quentin Bigot, vice-champion du monde 2019 du lancer du marteau, s'est contenté de la cinquième place. Il n'a pas de regrets à avoir. Son record personnel (79,70 m) et sa perf du jour (79,39 m) sont loin du podium et notamment du vainqueur, le Polonais Wojciech Nowicki (82,52 m).

L'espoir de jeudi réside sur le 110 m haies, Martinot-Lagarde et Aurel Manga, qualifiés pour la finale avec la manière, en terminant 2e de leur demi-finale.

Le Canadien Andre de Grasse va bien, lui. Et très bien même puisqu'il a succédé au palmarès du 200 m à la légende jamaïcaine Usain Bolt.

De Grasse, déjà en bronze sur 100 m et en argent sur 200 m à Rio, en 2016, a devancé les Américains Kenneth Bednarek et Noah Lyles. Leur compatriote Erriyon Knighton, seulement 17 ans, termine au pied du podium (19.93).

Le Floridien a battu cette saison les records du monde cadets et juniors d'Usain Bolt, triple champion olympique en titre sur la distance retraité depuis 2017.

- Nouvelle médaille à la voile -

Pour faire avancer le compteur français de médailles et éviter une journée sans podium -ce qui aurait été une première depuis le coup d'envoi le 23 juillet-, il fallait se tourner vers le plan d'eau d'Enoshima, au sud de Tokyo, et la voile, avec Camille Lecointre et Aloïse Retornaz, qui a ont terminé troisièmes en 470, la 25e médaille française de ces Jeux.

Traditionnelle pourvoyeuse de médailles olympiques françaises, l'équipe de France de saut d'obstacles comptait sur Nicolas Delmotte, seul représentant français qualifié pour la finale. Las! il s'est classé 12e.

Nouveau sport, le skate a offert un podium d'adolescentes en park, avec les Japonaises Sakura Yosozumi, 19 ans qui a devancé sa compatriote Kokona Hiraki, 12 ans, 11 mois et 9 jours, et la Britannique Sky Brown, 13 ans et 28 jours. Les JO voulaient du rajeunissement, ils sont servis!

En escalade, les Françaises Julia Charnoudie et Anouck Joubert sont éliminées.

Qualifié pour la finale masculine de jeudi en escalade, Bassa Mawem a lui été obligé de déclarer forfait en raison d'une grave blessure au bras gauche, une rupture totale du tendon inférieur du biceps.

Enfin, il n'y a pas eu de médaille dans l'épreuve de nage en eau libre pour Lara Grangeon, qui a terminé 9e mercredi matin, ni pour Madeleine Larcheron, benjamine de la délégation française (15 ans) et restée aux portes de la finale en skateboard (park).

jr/ep/dif

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles