JO 2018 – La lettre émouvante de la mère de David Poisson aux skieurs français

PYEONGCHANG 2018 – A quelques heures de la descente hommes, la mère du skieur français, décédé il y a trois mois lors d’un entraînement, a tenu à adresser quelques mots à la délégation française de ski alpin dans une lettre transmise au Parisien.

A quelques heures de la descente, Jeannette Poisson (ici le 26 novembre lors de l’hommage rendu à son fils) a souhaité encouragé les anciens coéquipiers de David. (Crédit AFP)

Décédé le 13 novembre dernier, David Poisson sera dans la tête et le cœur de tous les skieurs français, au moment d’aborder la descente qui se tiendra dans la nuit de mercredi à jeudi à 3h30 (heure française). Dans une lettre adressée au Parisien, la mère du skieur que tout le monde surnommait « Kaillou », Jeannette Poisson, a souhaité encourager les descendeurs à donner le meilleur sur les pistes de PyeongChang, afin de ramener le maximum de médailles.

Mon plus grand souhait, aujourd’hui, c’est que là-bas, en Corée, les frangins de David collectionnent les médailles dans toutes les disciplines. Et vous, les gros, vous qui vous élancerez dans quelques heures pour la descente olympique sachez que pour moi, vous avez déjà remporté la plus belle des médailles, celle du courage et de l’amour, en reprenant le départ d’une course peu de temps après que votre Kaillou vous a quittés“, écrit-elle.

Celle qui explique devoir “rester digne” pour honorer la mémoire de son fils, tient également à ce que le courage de David Poisson soit un exemple et que les coéquipiers, mais également les générations futures de skieurs, comprennent “que pour leur copain, notre fils, c’était un accident”. “Que, oui, la descente c’est dangereux mais que non, non, on n’en meure pas. Qu’ils n’aient surtout pas cette image de leur sport”, ajoute-t-elle.

Oui, David aimait le ski et la vitesse, la montagne, se rappelle Jeannette Poisson, mais aussi et surtout sa famille, son père, son fils, sa femme, son frère, ses potes, Peisey, l’Ancolie (notre resto, notre nid), la vie. Et cet amour, cette force, ce sourire qu’il diffusait continuent à nous porter, nous guider aujourd’hui. Il ne parlait pas beaucoup David, mais ses mots nous réchauffent.” 

Jeudi, les descendeurs français auront à coeur d’honorer la mémoire de leur ancien coéquipier.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages