Joël Favreau, "deuxième guitare" de Georges Brassens, sort un nouvel album à 81 ans

2021 marque le centenaire de la naissance de Georges Brassens et les 40 ans de sa mort. Un double anniversaire que Joël Favreau entend bien célébrer sur scène avec "Salut Brassens". Un spectacle qu’il promène depuis de nombreuses années de festival en festival, en France comme à l’étranger, perpétuant sa mémoire et faisant vivre son répertoire. À 81 ans, celui que l’on surnomme "la deuxième guitare de Brassens", n’a rien oublié de ces années passées à l’ombre du poète. Et surtout pas sa première rencontre à la fin des années 1960 avec celui qui est déjà un monument de la chanson française : "Pour moi Brassens, c’était comme Molière, comme Voltaire, un personnage, un auteur de choses formidables mais je n’avais aucune représentation de lui, hormis les photos que l’on pouvait voir. Et je me suis retrouvé face à un vrai balèze, avec une intensité dans le regard et une voix quand même assez forte". De quoi impressionner le jeune guitariste, qui gamin fredonnait Brassens."Est-ce que tu veux bien venir jouer avec moi ?" C’est la question que pose Brassens à Joël Favreau quand il l'appelle pour lui proposer de travailler ensemble. Un appel qui résonne encore chez le désormais octogénaire. S’en suivra une longue collaboration entre les deux musiciens, même si le guitariste n’accompagnera jamais Brassens sur scène. L’homme à la pipe ne prenait une deuxième guitare qu'en studio et pour la télé. Sur de nombreuses archives d’émissions des années 1970, Joël Favreau n’est jamais bien loin de Brassens. Mais en rejoignant le Sétois, Joël Favreau a mis de côté ses propres chansons, même s'il a sorti un premier album en 1976 et travaillé avec Georges Moustaki, Maxime Le Forestier, Colette Chevrot (qui lui a fait rencontrer Brassens), Yves Duteil et d’autres de façon plus occasionnelle. En 1996, il fut l'initiateur et l'orchestrateur de l'album Ils chantent Brassens pour lequel il réunit Cabrel, Souchon, Le Forestier, Renaud... Et l’influence du maître est palpable jusque dans les chansons de cet album, baptisé Neuf. Joël Favreau a écrit, composé et enregistré dans sa maison du Perche, une ancienne gare où il est venu s’installer après avoir quitté la capitale il y a quelques années et dans laquelle il a installé un studio d’enregistrement. Un lieu où il propose également des stages de guitare et de chant pour professionnels et amateurs.